Zava Hypercars lance sa campagne Indiegogo pour PrometheuS

La future Zava PrometheuS a pour mission de révolutionner le concept de l’hypercar, tel que nous le connaissons aujourd'hui.

par Olivier Grouse 20 Fév 2019 14:40

La start-up italienne ZAVA Hypercars annonce le lancement de sa campagne de financement participatif sur la célèbre plate-forme internationale Indiegogo. Son objectif, créer PrometheuS, le modèle qui vise à révolutionner le concept de l’hypercar, tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Il s’agit du premier projet automobile en «open source» au monde, réalisé grâce à la passion, aux idées et aux suggestions du public sur Internet. Sans oublier le fameux «Made in Italy», le berceau des supercars avec son savoir-faire, son design et sa technologie.

Le concept de développement est basé sur un rapport poids/couple de 1:1. La conception de cette monoplace de pointe inclut aérodynamique active, matériaux ultralégers, batteries de nouvelle génération, système d’induction à charge rapide et autonomie jusqu’à 500 km.

Cette « Batmobile » à quatre roues motrices sera propulsée par 4 moteurs avec une puissance maximale de 1 MW (1 360 ch) pour un couple maximal de 1 600 Nm. Elle promet des niveaux de performance hors normes: accélération de 0 à 100 km/h en 2 », une vitesse maximale supérieure à 350 km/h, et jusqu’à 3,0 G d’accélération avant et latérale.

Pour la première fois dans le secteur automobile, de nouvelles technologies neuronales feront leur apparition, capables de surveiller la condition physique du conducteur grâce à une interaction en temps réel entre les commandes mentales et oculaire, transformant ainsi le véhicule en une extension du corps humain.

La campagne de financement participatif a commencé et durera 60 jours avec un objectif de financement de 150 000 euros. Une somme peu élevée pour ce type de projet, et qui n’est pas sans poser quelques questions eut égard aux nombreuses (mauvaises) expériences récentes sur la plateforme Indiegogo.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A lire aussi