Winora Yucatan iR8f, un vélo électrique futé taillé pour la ville

Si ce n’est pas la marque du groupe Accell la plus connue en France (on connaît surtout Lapierre et Haibike), Winora est une marque très appréciée outre-Rhin et en découvrant le Yucatan iR8f on comprend pourquoi.

par Emmanuel Armanet 31 Juil 2019 11:00

Winora est une marque allemande née en 1929 qui a intégré le groupe Accell en 2001, année de sortie du premier VAE de la gamme. Les vélos à assistance électrique (VAE) sont stratégiques pour Winora puisqu’ils devraient représenter 80 % de ses ventes en 2019, soit 10 points de plus qu’en 2018.

En 2018 justement, la marque a vendu 10 000 vélos en France, sur un total de 100 000 unités dans le monde. Aujourd’hui la gamme de VAE s’échelonne de 1 799 à 5 299 € et s’organise en 7 familles. Avec son prix de 2 899 €, le Yucatan iR8f se positionne donc dans une position médiane. Ce modèle a été pensé pour une utilisation essentiellement urbaine tandis que son cadre ouvert lui ouvre les portes de la gent féminine, mais rien d’exclusif ! Alors faut-il craquer pour ce VAE ou pas ?

Oui, pour son cadre monotube

Ce VAE adopte un cadre ouvert, c’est-à-dire sans tube supérieur, une architecture souvent cantonnée à une cible purement féminine. Il est vrai que cette architecture est plus adaptée aux femmes en jupe, mais tout le monde, homme y compris, peut apprécier la facilité offerte pour enfourcher le vélo. Il est également plus aisé de descendre à un feu rouge par exemple. Même chose en cas de danger immédiat. Ce format est par ailleurs adapté à des personnes de taille variée. Pratique si le Yucatan IR8f est partagé au sein d’une famille. Moyennant quelques ajustements (hauteur de selle et angle de la potence articulée) prenant deux ou trois minutes, nous avons pu faire passer ce VAE entre les mains de personnes mesurant entre 1 m 55 et 1 m 80. Pourtant, Winora propose trois tailles de cadres : 46, 50 et 54 cm, notre modèle étant la taille intermédiaire.

Souvent, il est reproché à ce type de cadre d’être moins rigide qu’un modèle fermé. Pourtant, au cours de notre test, nous n’avons pas ressenti cela même si nous avons cherché à pousser le Yucatan iR8f dans ses derniers retranchements. Les ingénieurs de la marque ont utilisé, pour renforcer cette fameuse rigidité, un « tube » principal de belle taille utilisant de l’aluminium 6061.

Oui, pour une motorisation tout à fait adaptée à une utilisation urbaine

Winora a opté pour le nouveau moteur central Yamaha PW-TE qui met à la disposition du cycliste 60 Nm de couple. Il est alimenté par une batterie également signée Yamaha qui prend place dans la poutre du cadre derrière un cache en plastique aisément amovible. Elle offre une capacité de 500 Wh. Le tout est complété par des commandes placées à gauche du guidon et par une grande console. Celle-ci se distingue par son grand écran couleur de 2,8 pouces et par la possibilité de connecter un smartphone via Bluetooth.

S’il est possible de choisir manuellement le niveau d’assistance, une autre possibilité s’offre à l’utilisateur qui vise le maximum de simplicité. En effet, un appui long sur le sélecteur d’assistance permet de passer en mode automatique. En fonction des informations retransmises par les différents capteurs, le moteur va changer lui-même le niveau de l’assistance qu’il délivre. C’est parfait en ville par exemple où lors des démarrages, lorsqu’un feu passe au vert par exemple, la puissance se fera maximale. Le Yamaha PW-TE est donc intelligent. La barrière des 25 km/h se fait ressentir (à 27 km/h au compteur) mais pas de manière brutale. Cerise sur le gâteau, il se montre plutôt silencieux.

Oui, pour sa transmission tout aussi parfaite en ville

Winora a vraiment pensé à tout pour faciliter la vie des utilisateurs de son vélo. Nous retrouvons ainsi un moyeu arrière Nexus intégrant 8 vitesses actionnables depuis une poignée tournante, une fenêtre vous indiquant le rapport engagé. La plage proposée est suffisamment large pour faire face à tous les tracés que nous avons rencontrés à Paris et il est possible bien entendu d’envisager sereinement des sorties en campagne. Le grand intérêt du système Nexus réside dans le fait que le cycliste peut changer de vitesse à tout moment, y compris à l’arrêt. Pratique non ? Le moyeu Nexus réclame par ailleurs moins d’entretien que le classique duo cassette / dérailleur.

Une fiabilité reconnue. Pour aller encore plus loin, la chaîne est ici remplacée par une courroie Gate CarbonDrive, une pièce ultra-robuste qui devrait faire la vie du vélo ! Pour information, c’est le même fournisseur que Harley-Davidson ! Bien entendu, qui dit courroie, dit absence de cambouis avec en prime zéro entretien !

Oui, pour son confort

Premier élément jouant sur le confort d’un vélo, la géométrie générale de son cadre. Le Yucatan IR8f offre à son utilisateur une position de conduite très droite aux antipodes, donc du côté tête dans le guidon des modèles plus sportifs. Cela évite aux cyclistes les moins aguerris de ressentir rapidement des douleurs au niveau des lombaires notamment. Cette position « aristocratique », outre le port altier qu’elle autorise, permet d’avoir une vue panoramique sur la circulation aux alentours. Un élément primordial en ville où le danger peur subvenir de partout.

Pour faire face aux pavés et aux diverses imperfections du macadam, le Yucatan IR8f accueille à l’avant une fourche télescopique SR Suntour NEX E25 HLO qui offre un débattement de 63 mm. Largement suffisant pour le programme de ce vélo. Il est possible de bloquer la suspension pour maximiser le rendement lorsque la route est en parfait état, mais est-ce vraiment utile sur un VAE ? Nous préférons laisser la fourche toujours active une fois qu’elle est bien réglée…

À l’arrière, point de suspension, mais une tige de selle suspendue qui ne fait pas de miracle, mais qui offre cependant un petit plus. Elle accueille une selle Royal Vento largement rembourrée au profil adapté à utilisation urbaine.

Oui et non, pour un équipement adapté, mais un freinage un peu juste

Le Winora Yucatan IR8f est fourni avec tout l’équipement indispensable. On retrouve ainsi des garde-boue, un éclairage avant et arrière alimenté par la batterie Yamaha, un robuste porte-bagages Racktime acceptant jusqu’à 25 kg ou encore une béquille.

Les pneus de 28 pouces sont des Schwalbe Marathon, un bon choix, car ils sont connus pour leur excellente résistance aux crevaisons grâce à leur sous-couche GreenGuard de 3 mm d’épaisseur. Ils disposent également de flancs traités pour éviter l’apparition de craquelures avec le temps.

Si nous devions reprocher une chose à ce vélo, ce serait le léger manque de puissance de ces freins. Il s’agit d’un système Shimano M445 à double piston composant avec des disques de 160 mm de diamètre. Ces freins jouent avant tout la carte de la progressivité, mais nous aurions apprécié un peu plus de puissance brute. C’est sans doute aussi une histoire de goût. Avec un poids de presque 25 kg et les 65 80 kg de votre serviteur, il nous a fallu parfois serrer très fort les freins.

Pour 2 899 €, ce VAE se montre polyvalent et bien pensé. Son design est sobre, peut-être trop aux yeux de certains, mais nous apprécions. Très facile à prendre en main avec son cadre ouvert qui permet un dégagement facile, ce Winora est donc une réussite qui vise juste. Un modèle fiable, à l’entretien simplifié et au confort séduisant. Que demander de plus ? Peut-être l’intégration d’un dispositif antivol pour les arrêts de courte durée à la boulangerie…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.