Toyota sur tous les fronts du covoiturage et de l’autonomie

Toyota investira 500 millions de dollars (427 millions d'euros) dans Uber pour un contrat de voiture autonome et regroupe ses centres de recherche et de développement.

par Olivier Grouse 29 Août 2018 07:00

Le concept de voiture de covoiturage autonome Uber était en difficultés depuis les deux accidents de mars 2018, et les relations avec Waymo étaient devenues très tendues. De son cote, Toyota perdait du terrain sur la concurrence en matière de développement et de parts de marché. Le constructeur automobile japonais a donc decidé d’investir 500 millions de dollars (427 millions d’Euros) dans un partenariat avec Uber pour développer conjointement des voitures autonomes.

Partager les coûts de R&D ravira les actionnaires d’Uber, qui se préparent à leur offre publique l’année prochaine. La firme japonaise, elle, a déclaré que cela impliquera des débouchés pour leurs véhicules autonomes produits « en série ». L’objectif est une intégration des techniques de chaque société, le système de conduite autonome Uber et le système Guardian de Toyota. La flotte appelée «Autono-MaaS» sera basée sur le modèle Toyota Sienna Minivan avec des essais pilotes dès 2021.

Au Japon, le quotidien Nikkei vient d’annoncer un accord de joint-venture la semaine dernière entre quatre sociétés affiliées à Toyota. Aisin, Advics, JTekt and Denso ont l’intention de lancer la société en mars 2019, pour développer de nouveaux logiciels de gestion des freins, de la direction et d’autres composants pour la conduite automatisée.

En outre, Aisin et Denso ont annoncé la création d’une coentreprise à parts égales pour développer et vendre des modules d’électrification. Ils se concentreront sur des modules pour hybrides, hybrides rechargeables, véhicules à pile à combustible et véhicules électriques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.