Test C Evolution Long Range : que vaut le scooter électrique de BMW ?

BMW a actualisé son maxi scooter 100% électrique. L'occasion de prendre le guidon de ce modèle vraiment à part sur un marché qui se développe rapidement.

par Maxime Fontanier 12 Fév 2019 10:00

8/10
Le choix Tom's Drive

BMW C Evolution Long Range

Des performances dignes du thermique

15 400€  BMW
On aime
  • La qualité de fabrication soignée
  • La tenue de route et le freinage au top
  • Les accélérations foudroyantes
  • L’autonomie de la version Long Range
On n'aime pas
  • Le pare-brise d’origine trop court
  • Le coût des accessoires
  • Le confort ferme
  • Le petit coffre à l’ouverture pénible
  • La recharge lente et bruyante
Verdict

Le BMW C Evolution Long Range est actuellement le deux-roues électrique le plus abouti du marché. Ses performances et son autonomie suffisent pour les trajets quotidiens et ses prestations dynamiques n’ont rien à envier à celle des meilleurs scooters thermiques. La version de base accessible avec le permis auto (et une formation de 7 heures) mérite le détour même si elle offre moins d’autonomie (100 km). Reste à y mettre le prix.

Moteur Electrique synchrone à aimant permanent
Puissance (d’homologation) 15 ch ou 26 ch (version A2 Long Range) / Puissance en crête : 48 ch à 4650 tr/mn
Couple maxi 72 Nm
Vitesse maxi 120 (version A1) ou 130 km/h (version A2 Long Range)
Poids 275 kg
Hauteur de selle 765 mm (785 mm en option)
Autonomie 100 km (version A1) ou 160 km (version A2 Long Range)
Capacité de la batterie 11,3 kWh
Fiche technique

Bien qu’il ait été lancé en 2014, le BMW C Evolution reste encore aujourd’hui le seul scooter électrique offrant des performances et un agrément digne des meilleurs maxi-scooters thermiques sportifs. Dernier modèle en date, la déclinaison sortie en 2017 profite d’une nouvelle batterie plus performante. Celle-ci permet de le décliner dans une version Long Range un peu plus endurante, et capable d’offrir 160 km d’autonomie (soit 60 km de plus que la version de base tout de même) pour seulement 500 € de plus. Mais pour profiter de ce modèle Long Range, il faut être titulaire du permis moto. Quoi qu’il en soit faut-il se laisser tenter ?

6 raisons de craquer (ou pas) pour le BMW C Evolution Long Range

Oui, pour sa qualité de fabrication germanique

Le millésime 2017 du BMW C Evolution conserve le même style très attrayant avec une face avant en pointe, ses optiques à LED et son grand tunnel central fluorescent. Il se contente donc de proposer un nouveau coloris gris métallisé plus discret mais tout aussi élégant. Les plastiques épais à l’assemblage rigoureux semblent robustes et les commodos sont aussi bien intégrés que facile à manipuler avec des gants.

L’instrumentation numérique en couleur est aussi très bien présentée et assez exhaustive. On y trouve l’indicateur d’autonomie, les trips, la température extérieure ou la puissance à l’accélération et la décélération selon les différents modes de conduite adoptés.

Oui pour ses performances canon

Le BMW C Evolution de 2017 se distingue de la première génération par sa batterie de plus grosse capacité (11,3 kWh au lieu de 8 kWh) lui permettant d’offrir davantage d’autonomie et de délivrer plus de puissance. La version de base conserve une puissance nominale limitée à 15 ch (11 kW) afin d’être accessible avec un simple permis auto (et une formation de sept heures sans examen éliminatoire) comme un scooter thermique de 125 cm3. Mais dans la réalité, ce C Evolution standard délivre 48 ch de puissance maxi (dite « en crête ») et offre donc des accélérations et des reprises canons.

Si le poids du BMW C Evolution est élevé (275 kg), son couple de 75 Nm immédiatement disponible lui confère une nervosité inédite. En contrepartie, sa vitesse de pointe est bridée à 120 km/h et son autonomie à 100 km. La déclinaison Long Range, destinée aux titulaires du permis A (ou A2) revendique 26 ch (11 kW) de puissance nominale en conservant la même puissance maxi.

Le BMW C Evolution Long Range accélère un peu plus fort (6,8 s contre 7 s sur le 0 à 100 km/h) et peut atteindre 130 km/h de vitesse de pointe au GPS (soit presque 140 km/h compteur). Ces 10 km/h de vitesse de pointe supplémentaire peuvent sembler symbolique mais facilitent grandement les dépassements sur voies rapides et apporte un gain sécuritaire non négligeable. Le principal atout du BMW C Evolution Long Range par rapport à la version de base reste toutefois son autonomie de 160 km qui augmente considérablement son rayon d’action.

Oui, pour son autonomie réelle convaincante et son faible coût d’utilisation

L’autonomie annoncé par BMW n’a rien d’un leurre et les 160 km sont tout à fait réalisables en usage urbain en utilisant le mode Eco Pro qui limite le couple et bride la vitesse de pointe à 110 km/h. En empruntant des voies rapides en mode Road ou Dynamic, il faut plutôt tabler sur 120 km d’autonomie ce qui reste très satisfaisant pour un scooter.

Comme tout véhicule électrique, le BMW C Evolution réclame nettement moins d’entretien qu’un scooter thermique. Il faut évidemment penser aux pneus et aux plaquettes mais celles-ci sont préservées par le frein moteur. Le constructeur préconise juste un remplacement de la courroie de transmission en carbone tous les 50 000 km ce qui reste très raisonnable. La batterie profite d’une garantie de 5 ans ou 50 000 km. Le coût de l’électricité d’environ 1,50 € pour 100 km est aussi bien moindre que celui de l’essence.

Oui, pour son comportement routier aussi plaisant que sécurisant

A l’instar d’une Tesla Model S, le scooter électrique BMW C Evolution dispose d’une architecture spécifique avec une batterie porteuse située au centre du cadre afin d’optimiser la répartition des masses. Malgré son poids colossal, le BMW C Evolution se montre très maniable et profite même d’une marche arrière pour faciliter les manœuvres.

Assez agile dans le sinueux, le scooter munichois brille par sa stabilité en courbe et se montre peu sensible au vent latéral sur voie rapide. L’amortissement est un peu ferme à l’arrière mais il encaisse bien les chocs et contribue à l’excellente tenue de route sur chaussée dégradée. Le freinage avec ABS fait preuve de mordant et peut compter sur l’aide du frein moteur (variable selon les modes de conduite). Grâce au couple instantané, la moindre rotation de la poignée vous fait bondir et l’antipatinage jugule la motricité à merveille sur le mouillé. A cela s’ajoute un silence de fonctionnement monacal.

Non, pour son équipement indigent

Facturée 15 400 € en version de base et 15 900 € en version Long Range, le BMW C Evolution est le scooter le plus cher du marché. Ce n’est pas pour autant le mieux équipé. Une clef main libre aurait aussi été appréciable sur ce véhicule qui ne dispose même pas d’un système d’ouverture du coffre par bouton électrique. Il faut donc utiliser la clef de contact pour ranger son casque (ou son câble de recharge) au risque de l’oublier sur la serrure du coffre.

Il est aussi très mesquin de réclamer un supplément pour bénéficier d’une selle bien rembourrée (105 €), d’un pare-brise efficace (457 €) ou de poignées chauffantes (215 €). L’installation d’un top case, quasi indispensable pour compenser l’étroitesse du coffre, réclame pas moins de 755 € avec le porte bagage, le dosseret et le sac intérieur. Pas donnée la boite en plastique !

Contrairement à la plupart des véhicules électriques, le BMW C Evolution ne propose pas d’application sur smartphone pour consulter son autonomie ou géolocaliser son véhicule à distance.

Non pour la recharge longue et bruyante

Fourni avec un câble de recharge compatible avec les prises classiques de 220 V et 12 Ampères, le BMW C Evolution Long Range réclame 4h30 pour effectuer la charge complète d’une batterie vide, et quatre heures pour récupérer 80% d’autonomie. Difficile dès lors d’envisager un trajet de plus de 120 km d’une traite.

Contrairement à Tesla, BMW n’a pas développé de réseau de recharge rapide pour ses clients et le BMW C Evolution ne peut pas supporter une puissance de courant trop importante. Un câble de recharge rapide AC acceptant du 16 ampères est facturé 412 € mais permet de gagner seulement 20 mn.

Faute de batterie amovible, le BMW C Evolution nécessite d’avoir un garage avec une prise à son domicile ou à son bureau. Il est toutefois possible d’utiliser les bornes autolib’ situées dans Paris, Lyon et Bordeaux. Outre un temps de recharge assez long, le BMW C Evolution se révèle assez bruyant car il active son ventilateur pour éviter la surchauffe de la batterie lorsqu’il est branché. Mieux vaut donc éviter de dormir à côté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A lire aussi