Smart fortwo EQ, que vaut la Smart 100% électrique ?

La Smart Fortwo possède le gabarit idéal pour les déplacements urbains ou les courts trajets du quotidien. La version la plus huppée baptisée EQ repose désormais sur une motorisation 100 % électrique. Que vaut vraiment cette citadine franco/allemande chic et branchée ?

par Maxime Fontanier 27 Sep 2018 10:00

Baptisée ED (Electric Drive) lors de son lancement en 2017, la version 100% électrique a changé de nom cette année mais conserve la même fiche technique. La petite allemande exploite une batterie au lithium-ion d’une capacité de 17,6 kWh, et un moteur synchrone à courant triphasé de 81 ch (60 kW) pour 160 Nm de couple partagé avec la Renault Zoe.

Fabriquée dans l’usine française de Hambach, la smart EQ existe aussi dans une version 4 portes de 3,50 m de long baptisée forfour qui repose sur la plate-forme de la Renault Twingo. Mais le modèle le plus sexy reste la fortwo cabrio dont la capote en toile à ouverture électrique et les arches de toit amovibles lui permettent de jouer les transformistes.

7/10

Smart Fortwo EQ cabrio

Pratique mais chère

26 250€  smart
On aime
  • Diamètre de braquage et encombrement réduits
  • Look unique et personnalisable
  • Douceur de conduite et vivacité
On n'aime pas
  • Rapport prix/équipement peu favorable
  • Finition légère
  • Confort sommaire
Verdict

La Smart électrique figure comme la citadine la plus agréable à mener en ville. Vive, maniable facile à garer et séduisante, elle dispose d’une autonomie suffisante pour la majorité des déplacements du quotidien. Mais son tarif est bien trop élevé pour une voiture deux places à la finition basique, à l’équipement mesquin et au confort limité.

Moteur Électrique synchrone à courant triphasé
Puissance 81 ch
Couple 160 Nm
Capacité des batteries 17,6 kWh
0-100 km/h 11,5 s
Autonomie constatéeEntre 100 et 135 km
Poids 1100 kg
Fiche technique

6 raisons de craquer (ou pas) pour la Smart Fortwo EQ

Oui, pour sa taille rikiki !   

Affichant moins de 2,70 m de long pour 1,66 m de large, la troisième génération de Smart fortwo demeure la citadine la plus courte du marché. Ses portes à faux minimalistes et son diamètre de braquage inférieur à 7 m lui confère une maniabilité exceptionnelle. Dans bien des cas, la petite allemande peut faire demi-tour sans passer la marche arrière. Cet encombrement réduit facilite la recherche de places de parking dans les métropoles saturées et libère de la place dans le garage de la maison.

Au regard de son gabarit, la smart fortwo cabriolet n’est pas si spartiate. Les longues portes facilitent l’accès à bord, quitte à se révéler gênantes dans les parking étroit. De plus, les passagers ont assez d’espace aux coudes et la garde au toit est assez haute même pour des mannequins de mode.

Par ailleurs, la possibilité de rabattre le dossier du siège passager vers l’avant compense en partie le modeste volume du coffre (de 260 à 340 litres). Un rangement intégré dans la trappe d’ouverture de ce dernier permet de loger les arches de toit sans nuire au volume de chargement. Les bacs de contre-porte acceptent une bouteille de champagne, et des filets de maintien derrière les sièges permettent de loger quelques affaires.

Une fois la capote repliée, la visibilité arrière est très limitée. Mais quel style !
Une fois la capote repliée, la visibilité arrière est très limitée. Mais quel style !

Oui, pour son agrément de conduite en ville

Outre son encombrement minimal, la Smart fortwo EQ séduit par sa facilité de prise en main comparable à celle d’une auto-tamponneuse. L’accélération linéaire et sans à-coup offre une souplesse appréciable en ville dans les bouchons et des performances honorables.

Si le 0 à 100 km/h nécessite 11,5 s, soit un temps juste moyen, la petite puce profite de son poids modérée (1100 kg en cabriolet) et de son couple immédiatement disponible pour bondir à 50 km/h comme un scooter. La vitesse de pointe bridée à 130 km/h suffit pour emprunter un bout de voie rapide d’autant que les reprises sont assez énergiques. Le mode Eco ne bride pas trop les accélérations et ajoute davantage de frein moteur régénératif, ce qui limite l’usure des plaquettes et rend la conduite encore plus zen. La présence des batteries sous le plancher fait oublier le poids de la voiture dont le comportement se montre toujours rassurant, d’autant qu’il reste sous la surveillance d’un antidérapage très efficace.

La présentation est sympathique mais les plastiques durs omniprésents.
La présentation est sympathique mais les plastiques durs omniprésents.

Non, pour sa finition basique et son confort sommaire

Si la Smart fortwo EQ ne manque pas d’allure, elle n’est pas mieux fabriquée qu’une Renault Twingo. Les plastiques durs qui composent le mobilier n’ont rien de folichon, tout comme le petit écran tactile. L’absence de clef main libre est aussi regrettable sur une citadine moderne.

La sellerie se montre assez ferme, offre peu de maintien et ne propose pas de réglage en hauteur pour le passager. La ceinture de sécurité n’est pas réglable en hauteur et le volant ne s’ajustent pas en profondeur. L’insonorisation très légère laisse entendre les bruits de roulement comme les sifflements aérodynamiques sur voie rapide. La version cabrio moins rigide génère aussi quelques vibrations dans la direction. Bien mieux amortie que les précédentes générations de Smart, la fortwo cabrio EQ demeure cependant assez ferme sur les ralentisseurs et secoue ses hôtes sur route dégradée.

Les sièges en cuir chauffants se montrent assez fermes et celui de droite ne se règle pas en hauteur.
Les sièges en cuir chauffants se montrent assez fermes et celui de droite ne se règle pas en hauteur.

Oui, pour son autonomie suffisante et la possibilité d’offrir une recharge rapide

Lors de notre essai, l’ordinateur de bord nous indiquait 135 km d’autonomie à pleine charge. Un chiffre calculé en fonction de notre conduite qui n’avait rien d’économique. En évoluant sur voie rapide avec la climatisation, il faudrait plutôt tabler sur 100 km. En usage purement urbain et en adoptant une conduite économique, la Smart fortwo EQ peut toutefois se rapprocher des 159 km revendiqués par le constructeur (selon les normes NEDC).

La smart fortwo cabrio EQ peut enlever ses arche de toit pour avoir un look de roadster
La smart fortwo cabrio EQ peut enlever ses arche de toit pour avoir un look de roadster

Le temps de recharge (de 10 à 80 %) sur une prise classique de 230 V et 8 Ampères est donné pour 9h30 ce qui demeure bien long. Mais avec une borne murale délivrant 20 A, il suffit de 3h30 pour faire « un plein ». Smart a également développé un chargeur rapide de 22 kW (3 X 32 A) permettant de réaliser l’opération en seulement 45 mn sur une borne publique ou murale. Mais ce système de charge rapide annoncé depuis déjà un an ne sera proposé qu’au premier trimestre 2019 moyennant 850 €. La smart fortwo EQ est livrée avec deux prises de recharge. La première de type E vise à se recharger à domicile, et la seconde de type 2 autorise l’utilisation des bornes publiques ou des boitiers muraux (Wallbox).

Comment recharger au plus vite sa voiture électrique ?
L'autonomie indiquée au centre du compteur oscille entre 100 et 135 km.
L'autonomie indiquée au centre du compteur oscille entre 100 et 135 km.

Oui, pour son look unique et personnalisable

La Smart Fortwo présente un design cubique peu commun qui ne manque pas de charme et qui peut être agrémenté de nombreux coloris. Pas moins de 10 teintes sont proposées pour les portes et les boucliers tandis que les montants et bas de caisse latéraux peuvent arborer 6 couleurs différentes. La grille de calandre, les rétroviseurs et la capote sont aussi modifiables.

À bord, il est possible de personnaliser les garnitures et les pourtours de l’instrumentation. Notre modèle d’essai bénéficiait d’une teinte gris mat (650 €) avec une cellule noire et une capote rouge (150 €), le tout accompagné de sublimes jantes de 16 pouces noires.

Le coffre n'est pas très accessible mais le dossier passager avant peut se replier pour augmenter la longueur de chargement.
Le coffre n'est pas très accessible mais le dossier passager avant peut se replier pour augmenter la longueur de chargement.

Non, pour son tarif délirant

La Smart EQ est accessible à partir de 22 950 € en finition d’entrée de gamme Pure. Un tarif qui comprend la climatisation automatique, le freinage automatique d’urgence ainsi qu’un autoradio avec un kit Bluetooth. Mais il faut ajouter 3 300 € pour un modèle cabrio décapotable soit 26 250 €.

Malheureusement, à ce prix vous n’avez pratiquement que les roues et le volant. Et même optant pour une finition haut de gamme Prime à 29 700 €, il faut ajouter des options mesquines comme la caméra de recul (650 €), l’accoudoir central (100 €) ou le pack de décoration intégrant des jantes, un volant en cuir et un pédalier en aluminium (480 €). Au final notre rutilant modèle d’essai cabrio prime de couleur gris mat dépasse les 32 000 € avec ses options. Autant dire que le bonus écologique de 6000 € est bienvenu !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.