Seabubbles bat désormais pavillon suisse

Le français Seabubbles vient d'être racheté. Objectif, vendre 5 000 engins capable de "voler" sur l'eau dans une cinquantaine de villes d’ici à 2024, et développer de nouveaux produits.

par Olivier Grouse 15 Avr 2019 12:30

Le navigateur Alain Thébault et le véliplanchiste suédois Anders Bringdal, les deux fondateurs historiques de la société Seabubbles, ont annoncé qu’une holding suisse composée d’industriels suisses, suédois et américains, a pris le contrôle de la société. Alain Thébault a déclaré : « Nos deux familles, qui détenaient deux tiers du capital de l’entreprise Seabubbles France, ont accepté une offre d’une holding suisse, constituée de cinq investisseurs internationaux puissants afin de grandir ».

Le bateau électrique Spirit 44E prêt à repousser les limites de la voile écologique

On se souvient du bras de fer entre la société et la mairie de Paris afin de pouvoir tester les bateaux à une vitesse supérieure à celle autorisée sur la Seine. Seabubbles veut désormais passer à la vitesse supérieure et développer de nouveaux marchés pour son produit éponyme, le bateau électrique à foil. L’objectif est de vendre 5 000 engins dans une cinquantaine de villes d’ici à 2024, que ce soit sur la Seine, le Lac Léman, dans le port de Saint Tropez et jusqu’à Miami.

Alain Thébault annonce aussi de nouveaux produits: « Nous allons nous concentrer sur le développement de la bulle sans conducteur et sur celui d’un Flybus, un engin qui glissera sur la surface de l’eau sans faire de vagues, et qui pourra transporter 49 personnes. L’avenir est au transport collectif et propre sur l’eau ».

Mise en production du bateau électrique volant Candela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.