Rungis annonce 300 000 euros pour sauver le train des primeurs de Rungis

Le président du Marché d’Intérêt National investit 300 000 euros pour sauver le train des primeurs.

par Olivier Grouse 13 Mai 2019 17:00

Suite à l’annonce des difficultés entre la SNCF et et les transporteurs Roca et Rey pour le sauvetage du train des primeurs, les réactions ont été très vives. « Nous, on ne demande qu’à continuer », assure un responsable de Fret-SNCF. « On a les locomotives, les agents, les wagons neufs à louer. Mais on ne peut pas signer un contrat à perte ! » ou encore des élus locaux, tels que Christian Métairie, maire EELV d’Arcueil qui a déclaré : « C’est inacceptable. »

Le Parisien rapporte que Stéphane Layani, PDG de la Semmaris, qui gère le MIN de Rungis, a décidé de faire le premier pas et annonce investir 300 000 euros à destination des transporteurs Roca et Rey. « Nous ne laisserons pas le train quitter Rungis », confie-t-il. L’objectif est de louer de façon « temporaire », avant de préparer une solution « moderne » de transports combinés, soit des conteneurs de camions posés sur les trains.

Première autoroute électrique pour camions en Allemagne

Pour rappel, le train des primeurs de la SNCF achemine quelques 400 000 tonnes par an de fruits et légumes du sud de la France au Marché de Rungis depuis 2007. En raison d’un coût financier élevé pour remplacer les 82 wagons réfrigérés en fin de vie, aucun accord n’avait été trouvé entre la SNCF et les transporteurs Roca et Rey. Le contrat actuel expirera le 30 juin.

D’après le Parisien, la disparition de la liaison Perpignan-Rungis aurait pour conséquence de reporter le transport des fruits et légumes sur les routes. Ainsi, près de cinquante camions feraient le trajet quotidien en lieu et place du train pour transporter les 1 400 tonnes de légumes jusqu’au Marché de Rungis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.