Faut-il craquer pour le Range Rover Evoque 2019 ?

Si le premier Range Rover Evoque a fait sa révolution il y a bientôt 8 ans, la seconde génération doit désormais compter sur une concurrence très affutée notamment chez Porsche, Audi et les autres. Alors est ce que ce nouvel Evoque a vraiment l’étoffe pour réitérer le succès du premier modèle ?

par Nico Heidet 28 Mar 2019 10:00

7/10

Range Rover Evoque 2019

Plus de technologie en attendant l'hybride

71 100€  Land Rover France
On aime
  • Le style
  • Le traitement intérieur
  • Le confort sur route
  • Les capacités off-road
  • Le contenu tech
On n'aime pas
  • L'endurance du freinage
  • L'agilité perfectible
  • Le tarif en augmentation
Verdict

Visuellement proche du modèle précédent, le nouvel Evoque ajoute une petite dose de finesse à l’extérieur et surtout une grosse part de high-tech à son bord… en s’inspirant grandement du Range Velar, son grand frère. Plus confortable que jamais, il permet aussi quelques escapades et progresse beaucoup sur les aides à la conduite. Il reste toutefois un peu sous dimensionné côté motorisations où seuls des 4 cylindres sont disponibles. Une version hybride verra forcément le jour, mais… plus tard.

Moteur 4 cyl 2,0 litres turbo essence
Puissance 250 ch
0 à 100 km/h7,5 secondes
V max230 km/h
Conso moy 7,9 l/100 km
Coffre591 litres
Fiche technique

On se l’arrachait littéralement lors de son lancement. On peut même dire qu’avec son coup de crayon tellement orignal et chic, le Range Rover Evoque provoquait des attroupements autour de lui. Mais ça justement, c’était avant ! Parce que depuis, entre le nouvel Audi Q5, le Porsche Macan, le Mercedes GLC et les autres, la concurrence n’a vraiment pas trainé. Même Mini, avec la seconde génération de Countryman, peut également jouer face à un Evoque.

Alors avec tout ce déferlement de concurrents parfois très chics, très sportifs, très écologique, voir les 3 à la fois, est-ce qu’il y a encore matière à craquer pour le nouveau Range Rover Evoque ? On vous dit tout.

10 raisons de craquer, ou pas, pour le Range Rover Evoque 2019

S'il semble très proche du précédent, le nouveau Range Evoque s'est bonifié.
S'il semble très proche du précédent, le nouveau Range Evoque s'est bonifié.

Oui, pour son look

Forcément, car c’est le même ! Du moins, c’est exactement ce que diront les mauvaises langues mais il faut le regarder dans le détail ce nouveau Range Evoque. C’est vrai que de loin, même en mettant la génération précédente à côté, on ne remarque pas grand chose. En fait, c’est tout à fait normal. Il faut savoir que si le premier Evoque a littéralement cartonné dans le monde avec plus de 772 000 unités produites, c’est surtout pour son design extérieur. C’est donc un peu logique de retrouver la même silhouette sur cette nouvelle génération.

Mais justement, en le regardant d’un peu plus près, on remarque tout d’abord que les interstices entre les différents panneaux de carrosserie sont réduits, les feux sont plus effilés, la calandre légèrement redessinée, et le profil avance une ceinture de caisse un peu plus plongeante que sur le précédent. À l’arrivée, même si elles sont subtiles, les retouches permettent à ce nouvel Evoque d’afficher un style tout en finesse. Il se bonifie en quelque sorte. Alors même si depuis, les concurrents proposent parfois des SUV séduisants, le nouvel Evoque l’est plus que jamais.

Avec cette seconde génération, le Range Evoque gagne en finesse.
Avec cette seconde génération, le Range Evoque gagne en finesse.

Oui, pour son intérieur

Là il faut reconnaitre qu’à lui seul, l’intérieur mérite que l’on échange (avec un « petit » chèque cela va de soit), son ancien Range Rover Evoque contre le nouveau. La présentation, même si elle conserve l’esprit de la planche de bord très allongée et garnie de cuir, a beaucoup évolué. Si on pouvait critiquer le précédent modèle pour ses plastiques un peu cheap, notamment ses boutons, la version 2019 revoit intégralement sa copie pour une vraie montée en gamme. D’ailleurs, dans ce domaine, ce nouvel Evoque s’inspire tout simplement d’un grand frère, le Range Rover Velar.

Essai du Land Rover Range Rover Hybride : le plus beau mais pas le plus raisonnable
L'habitacle du nouvel Evoque s'offre une grosse montée en gamme.
L'habitacle du nouvel Evoque s'offre une grosse montée en gamme.

Oui, pour son ambiance tech proche du Range Rover Velar

Justement, en parlant du Velar, on retrouve dans ce nouvel Evoque tout la présentation haut de gamme et surtout la partie « tech » que l’on adore. Dans le détail, on remarque un écran HD inclinable et surtout parfaitement intégré à la planche de bord, ce qui est plutôt assez rare sur un marché où les écrans flottants sont légion.

Plus bas vers la console centrale, le constructeur a fait disparaitre la quasi intégralité des boutons qui existaient sur le Range Evoque précédent. À la place on dispose d’une autre dalle tactile permettant de naviguer dans différents menus (climatisation, système audio, Terrain Response 2, etc…). En plus d’être hyper qualitatif, l’ensemble est bien intégré, simple à utiliser et plus rapide que chez certains concurrents.

La présentation et l'ergonomie de la partie info-divertissement semblent prélevées sur le Range Velar.
La présentation et l'ergonomie de la partie info-divertissement semblent prélevées sur le Range Velar.

Oui, parce qu’on peut tout connecter

Même si ce n’est pas vraiment une grosse nouveauté chez Land Rover, le fait de pouvoir connecter à peut près tout ce que l’on veut à bord (Micro SD, USB…) et l’intégration de CarPlay et d’Android Auto permettent d’obtenir un SUV parfaitement à jour. On regrette juste l’absence de recharge à induction pour les smartphones. Ca viendra sans doute plus tard…

Même s'il n'offre pas de recharge à induction, le nouvel Evoque permet de tout connecter.
Même s'il n'offre pas de recharge à induction, le nouvel Evoque permet de tout connecter.
Range Rover Evoque : le plein de technologie

Oui, pour son rétroviseur intérieur

Dès que l’on commence à rouler avec le nouvel Evoque, on est vite surpris par un détail inhabituel : l’image dans le rétroviseur intérieur. Le principe est relativement simple. Une caméra implantée dans le petit « aileron de requin », en l’occurence l’antenne de toit, filme avec un grand angle ce qui se passe derrière vous. On obtient ainsi une rétrovision beaucoup plus large qu’avec un rétroviseur classique.

Bien entendu, si cette vision vous dérange, il suffit de basculer le rétroviseur (l’ancien mode jour/nuit) pour revenir au mode miroir classique et avoir une vue sur, par exemple, un enfant en bas âge installé aux places arrière. Toujours est-il que s’il existe déjà chez d’autres constructeurs, ce rétroviseur/écran n’est pas un gadget inutile. Il permet d’améliorer la vision arrière et de réduire, voir d’annuler le risque d’angle mort.

Très pratique, la caméra arrière qui permet d'obtenir une meilleure rétrovision.
Très pratique, la caméra arrière qui permet d'obtenir une meilleure rétrovision.

Oui, pour les quelques centimètres de plus

Si sa longueur reste quasiment identique, cette nouvelle génération de Range Rover Evoque voit son empattement augmenter de quelques centimètres. Outre le fait d’équilibrer un peu mieux sa ligne, cet allongement permet surtout de gagner un peu de place à l’arrière. Si le précédent Evoque offrant un espace suffisant mais un peu compté pour les longues jambes, le nouveau modèle progresse et permet même à des personnes d’1,90 mètres de trouver leur confort. 

Vous mesurez 1,90 mètre ? Ce n'est plus un problème pour être à votre aise à l'arrière.
Vous mesurez 1,90 mètre ? Ce n'est plus un problème pour être à votre aise à l'arrière.

Oui et non, pour son confort routier

S’il a fait craquer plus de 770 000 personnes dans le monde en 8 ans de carrière (excusez du peu), le premier Range Rover Evoque le doit surtout à son look, mais sans doute beaucoup moins à son confort et à son comportement routier. Le nouveau modèle offre un confort nettement supérieur avec une suspension qui filtre beaucoup plus efficacement les imperfections de nos routes de montagne.

Toutefois, il n’en devient pas beaucoup plus efficace pour autant. Notre SUV ne peut prétendre être aussi sportif qu’un Macan par exemple, mais il offre un toucher de route bien plus agréable qu’une Mini Countryman. Pour simplifier, il vise une clientèle non sportive mais en quête de grands espaces et de loisirs tout en étant… forcément très urbaine.

Oui, pour ses caméras qui voient à travers la voiture

C’est un petit détail c’est vrai, mais imaginez que vous puissiez voir à travers le moteur et donc savoir exactement où son situées vos roues avant. C’est ce que propose le nouvel Evoque avec une caméra frontale et 2 caméras latérales qui proposent une vision à plus de 180°, associées à l’affichage de la position des roues. Ce n’était pas compliqué à faire techniquement mais il suffisait juste d’y penser.

Grâce aux caméras, il devient très facile de savoir où on met les roues.
Grâce aux caméras, il devient très facile de savoir où on met les roues.

Oui, pour son côté « même dans la boue, j’ai la classe ! »

Peu de 4×4 dans le monde sont en mesure de le revendiquer. Mais imaginez juste un SUV urbain qui soit capable de se jeter suffisamment à l’eau pour éclairer les poissons (avec les nouveaux phares LED, ils se croient en plein jour…). Plus sérieusement, s’il est plus confortable sur route, l’Evoque dispose également d’un nouveau système Terrain Response. Pour rappel, il s’agit d’un programme qui permet au conducteur de choisir différents mode tout-terrain (Cailloux, terre, neige, sable, etc…). Le système va ensuite choisir et adapter les différents organes de la voiture afin d’offrir la meilleure motricité et le meilleur comportement. Dans ce cas précis, cet Evoque offre plus d’efficacité en situation off-road car ce fameux Terrain Response 2 s’adapte de manière plus précise aux différents terrain.

Sans pour autant égaler un Range Rover Classic ou un Defender, notre Evoque s’est montré vraiment très efficace et en devient même plus amusant à conduire hors bitume. Et puis il y a effectivement cet atout dont seul les Land Rover disposent. Ils peuvent être recouverts de boue et avoir toujours fière allure. Ça aussi ça compte !

Le système Terrain Response 2 offre plus de quiétude dès que l'on quitte les routes goudronnées.
Le système Terrain Response 2 offre plus de quiétude dès que l'on quitte les routes goudronnées.

Non, pour sa motorisation

Comme pour la précédente génération, le Range Evoque doit se contenter d’une gamme essence et diesel de moteur 4 cylindres allant jusqu’à 240 ch pour le diesel et 300 ch pour l’essence. Equipé du 2.0 litres turbo essence de 250 ch accouplé à une boîte automatique ZF à 9 rapports, notre modèle d’essai nous a semblé être juste ce qu’il faut pour un engin pesant plus d’1,8 tonne à vide. De quoi entrainer une consommation élevée sur certains parcours en raison des sollicitation du moteur.

Le principe du downsizing qui touche également le groupe Jaguar Land-Rover c’est bien quand on fait des calculs en vue de passer les normes anti-pollution, mais dans la vraie vie, avec un tel engin, un V6 sera toujours mieux. Land-Rover annonce toutefois un Evoque hybride rechargeable pour la fin de l’année. Nous ne manquerons pas de l’essayer.

Un Evoque Hybride rechargeable est prévu pour la fin de l'année 2019.
Un Evoque Hybride rechargeable est prévu pour la fin de l'année 2019.
Mondial 2018 – Land Rover dévoile deux nouveaux P400e hybrides rechargeables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.