Porsche Macan 2019, que vaut la nouvelle version du SUV sportif ?

Le SUV sportif de Porsche s’offre un petit lifting de mi-parcours. Au programme outre quelques retouches esthétiques, il faut noter l'abandon du diesel au profit de deux motorisations essence uniquement, et une dotation high-tech (un peu) plus conséquente.

par Driss Abdi 08 Avr 2019 13:08

Le Porsche Macan est un produit stratégique pour Porsche. En effet, depuis son lancement en 2014, le plus sportif des SUV est un vrai best-seller avec pas moins de 400 000 unités vendues dans le monde. C’est également le modèle le plus vendu par la marque dans nos contrées avec plus de 10 000 Macan livrés (soit plus de 30% des livraisons Porsche France), devant la 911 et la Cayenne.

7/10

Porsche Macan (2019)

En attendant l'hybride

à partir de 60 860€ 
On aime
  • La finition sans faille
  • Les performances du châssis
On n'aime pas
  • Le poids
  • Les très nombreuses (et onéreuses) options
  • Le malus trop important
Verdict

Petit lifting de mi parcours pour le Macan qui s’offre un bouclier avant légèrement retouché, et qui emprunte le bandeau lumineux à l’arrière aux Cayenne et Panamera. À bord, Porsche n’a pas encore succombé au tout numérique et la profusion de boutons reste de mise. Néanmoins, l’écran tactile gagne en taille et s’accompagne d’un second écran plus petit dans le combiné d’instruments. Le diesel cède la place au seul 4 cylindres 2.0 l turbo de 245 ch associé à un excellent châssis, mais pénalisé par un malus très élevé.

Moteur4 cylindres turbo
Puissance245 chevaux
0 à 100 km/h6,7 secondes
Vitesse max sur circuit225 km/h
CO2185 g/km
Malus8 753€
Fiche technique

Pour faire face à une concurrence qui s’est affûtée depuis ses débuts, Porsche propose un facelift en douceur. Nous avons pu essayer la version 2.0 essence de 245 ch afin de répondre à la traditionnelle question : faut-il craquer (ou pas) pour la Porsche Macan 2019 ?

Oui, pour son look toujours aussi réussi

S’agissant d’un très léger facelift, il faut avoir l’oeil fin pour voir la différence entre le nouveau Macan et son prédécesseur. Ainsi, le modèle 2019 fait désormais fi des feux antibrouillard qui n’ont plus lieu d’être avec l’intégration de phares LED de série. De plus, le bouclier avant souligne davantage le caractère sportif de l’engin avec des écopes élargies.

Mais c’est surtout à l’arrière que le nouveau Macan s’illustre en adoptant un bandeau lumineux à LED en 3 dimensions qui relie les deux feux. Une signature lumineuse désormais chère à Porsche qu’on trouve déjà sur la Panamera, la Cayenne et la 911. De quoi lui conférer un style plus moderne et terriblement séduisant entre le becquet de toit et le diffuseur qui accueille les quatre sorties d’échappement.

Porsche propose enfin de nouvelles jantes et surtout de nouveaux coloris : le Gris Dolomite passe-partout, le Vert Mamba plus voyant mais tout aussi réussi, et le superbe Bleu Miami.

Oui et non, pour l’intérieur

Surprise une fois assis à bord de la Porsche Macan 2019. À l’heure des écrans à foison, le constructeur a conservé la console centrale parsemée de boutons. Il faudra donc attendre la prochaine version pour disposer d’une solution plus épurée telle que celle des récentes Porsche Panamera et Cayenne.

D’une taille de 10,9 pouces contre 7,2 pouces précédemment, il affiche une excellente définition tout en offrant une fluidité irréprochable. L’interface du système Porsche Communication Management demande un peu de pratique mais l’ensemble est agréable à utiliser à un détail près :  changer de piste audio via les boutons au volant demande plusieurs manipulations quand une simple pression suffit sur la nouvelle 911 par exemple. Bien entendu CarPlay est également disponible ce qui permet de passer outre ce léger défaut. De plus la solution d’Apple affiche des icônes plus grandes sur l’écran principal, facilitant d’autant son utilisation en roulant, sans oublier la commande vocale très efficace avec Siri. En revanche toujours pas de traces d’Android Auto.

Porsche n’a pas non plus cédé aux sirènes du tout numérique au niveau du combiné d’instruments. Seul le cadran droit renferme un petit écran couleur haute résolution de 4,8 pouces sur lequel on peut faire défiler les informations à l’aide d’une petite molette sur le volant. Enfin, on passera rapidement sur la finition et la qualité des matériaux qui sont sans surprise irréprochables.

Oui, pour les technologies modernes

À défaut de bénéficier d’une instrumentation entièrement numérique au grand dam des geeks mais pour le plus grand plaisir des puristes, le Macan propose néanmoins des technologies parmi les plus récentes. À commencer par les incontournables aides à la conduite telles que le nouvel assistant d’embouteillage qui, combiné au régulateur de vitesse adaptatif, permet de bénéficier d’une conduite semi-autonome. 

Le système de navigation de série couplé à Connect Plus avec sa connexion 4G, permet de bénéficier de l’info trafic en temps réel, mais aussi de directement télécharger les mises à jour. Autre tendance du moment, il est possible de planifier un itinéraire directement sur son smartphone, puis de l’envoyer à la voiture.

À propos de smartphone, le Macan peut aussi être déverrouillé via le mobile mais avec une limitation importante. Il ne peut s’agir que d’un Samsung Galaxy S7 ou plus récent. Pourtant, une fois à bord point d’Android Auto pour profiter de la réplication de l’affichage sur l’écran tactile de 10,9 pouces du PCM. Seul CarPlay est disponible pour les utilisateurs d’iPhone. Ce dernier permet notamment de disposer d’une commande vocale efficace pour sélectionner les morceaux à l’écoute (à défaut de pouvoir le faire avec une commande manuelle au volant), saisir une adresse, écrire et consulter ses SMS, ou encore passer des appels sans quitter le volant des mains. En revanche Siri n’est pas en mesure de contrôler les éléments propres à la voiture (climatisation, fenêtres, etc.).

Enfin, les puristes pourront opter pour un système audio Bose Surround Sound System, voire le Burmester High-End Surround Sound System, qui sont proposés en option.

Non, pour la liste (et le prix) des options

À propos d’options justement, la dotation de série est plus riche (phares LED à l’avant et à l’arrière, nouveau PCM avec écran tactile et navigation en ligne, Connect Plus avec module téléphonique 4G, point d’accès WIFI, services Porsche Connect, etc), et la hausse du tarif contenue à +2 025€ pour un total de 60 860€ (sans compter le malus de 8 753€).

Mais il y a fort à parier que l’heureux propriétaire du nouveau Macan voudra l’étoffer. Et la liste des options est longue comme le bras ! Ainsi, il vous en coûtera 1 272€ pour bénéficier du régulateur de vitesse adaptatif si pratique sur les longs trajets, 2 568€ si vous souhaitez disposer de ce dernier avec l’assistance embouteillage, ou encore 300€ pour CarPlay avec Siri. Bref, la facture peut gonfler aussi vite que le Macan abat le 0 à 100 km/h.

Oui, sur la route (et en dehors)

La réputation de sportivité du Macan n’est pas usurpée, chose qui se confirme avec la version 2019. Notez tout d’abord que pour comme toute la gamme du constructeur allemand, le diesel n’a désormais plus droit de citer. Tant bien même celui-ci représentait 60% des ventes en France par exemple.

La gamme est donc on ne peut plus simple, les options viendront compliquer la donne par la suite. Le Macan est ainsi proposé avec un moteur 4 cylindres 2.0 turbo de 245 ch, soit 7 ch de moins que précédemment en raison du filtre à particules. À l’inverse, le Macan S profite d’un nouveau V6 3.0 de 354 ch qui gagne 14 ch et 20 Nm de couple pour un total de 480 Nm, contre 370 Nm pour notre modèle à l’essai.

La prochaine génération de la Porsche Macan sera 100% électrique

Une fois sur la route, l’engin affiche un confort rare, bien aidé par une insonorisation travaillée. En contrepartie, si vous aimez entendre le moteur rugir, il faudra repasser. Reste que le comportement n’a rien d’un SUV tranquille dès qu’on augmente le rythme, même si le poids du Macan limite ses ardeurs. Au final, plus que son tempérament moteur, c’est surtout son châssis qui impressionne, surtout avec l’amortissement pneumatique (+ 2 652€) qui limite efficacement le roulis. 

Le sélecteur de modes de conduite au volant
Le sélecteur de modes de conduite au volant

Détail intéressant avec le pack Chrono Sport (1 146€), le volant dispose d’un accès direct au sélecteur de modes de conduite, et aussi d’un bouton de boost. En mode Confort, ce dernier permet de profiter de toute la cavalerie pendant 20 secondes, par exemple pour un dépassement. Enfin, si l’idée d’aller rouler dans la boue et la terre avec un SUV à plus de 60 000€ ne vous effraie pas, vous pourrez vous en donner à coeur joie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Sly_North, 11/04/2019 - 21:33

    @Driss Abdi

    > Sur les voitures récentes tu as un bouton sur le volant sur lequel
    > tu pousses pour passer au titre suivant/précédent.

    Plus sur les allemandes récentes, ils ont remplacé ça par des contrôles des appels téléphoniques. Je n'en comprends pas la raison, je préférais en effet les boutons track + et - des années 2005-2010.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

  • Sly_North, 10/04/2019 - 14:24

    @Driss Abdi
    > mais on a vu plus intuitif et pratique

    En fait je trouve ça très pratique sur mon Macan gen1. Pas besoin d'enlever les mains du volant, juste quelques mouvements du pouce. C'est similaire aux autres allemandes ayant une grosse molette sur la console centrale : on tourne pour changer de dossier/fichier, et on clique pour lancer la musique.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • , 10/04/2019 - 14:58

      @Sly_North - "@Driss Abd..."
      ---
      Sur les voitures récentes tu as un bouton sur le volant sur lequel tu pousses pour passer au titre suivant/précédent. Simple et efficace, d'où la surprise de ne pas le retrouver ici. Après, faut reconnaitre que c'est un point de détail mais ça nous permet de discuter :-)

  • , 10/04/2019 - 11:45

    Tout ça pour un vulgaire 2L de 245 ch qui une fois configuré correctement arrive à presque 100 k€.
    Faut vraiment vouloir absolument vouloir un logo porsche sur sa voiture pour ce type de véhicule qui n'a absolument rien de sportif et encore moins d'exclusif.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • Sly_North, 11/04/2019 - 09:46

      @ - "Tout ça po..."
      ---
      Faut l'essayer pour être convaincu qu'il y a bien quelque chose de sportif dans la conduite de ce Macan. Je voulais un véhicule familial plus amusant à conduire, aussi j'ai essayé quelques berlines type Maserati Ghibli; mais j'ai été déçu par le poids gâchant toutes sensations. Ma femme a insisté pour tester le Macan gen1, voulant un SUV. Et j'ai été convaincu : le châssis avec la suspension pneumatique est juste magique. Il ne donne pas autant de sensations qu'une MX-5 bien sûr, mais il en donne 30% environ, ce qui est incroyable sur un SUV.
      Ce 2L fait un bruit pas très agréable en effet, et il faut le cravacher assez haut donc il consomme au dessus de 10L/100km. J'ai l'ancien V6 diesel : aucun bruit d'injecteur (il ne sonne donc pas comme un tracteur), le bruit du V6 au dessus de 3000rpms, et des accélérations plus brutales plus tôt.

  • Sly_North, 09/04/2019 - 23:29

    > il est impossible de changer de piste audio via les boutons au volant...

    Et si on peut, tout comme sur l'ancien, avec la mini-roulette sur la droite du volant, sous le pouce :
    * tourner jusque voir le média actuel dans le petit écran de droite du tableau de bord,
    * puis presser la roulette et se balader jusque la musique voulu et recliquer.
    * Utiliser le bouton de retour sous la mini-roulette pour revenir en arrière.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • Driss Abdi, 10/04/2019 - 12:02

      @Sly_North - "> il e..."
      ---
      Exact mais on a vu plus intuitif et pratique, surtout dans un véhicule qui conserve la philosophie "un bouton, une fonction". Merci Sly