Polestar 1K, le futur de la voiture de course autonome ?

Inspiré par la Polestar 1, un designer imagine le Polestar 1K, une voiture de course électrique et autonome grace à la technologie Roborace.

par Soufyane Benhammouda 21 Jan 2020 11:50

Récemment entré dans le segment des véhicules électriques par la porte des sportives, Polestar est promu à un avenir idoine. C’est ce qu’anticipe Fabian Brees, un designer qui a imaginé le Polestar 1K. La barquette de course posée sur tablette graphique affiche des formes dictées par la signature stylistique de la marque suédoise, branche sportive et électrique de Volvo. C’est notamment visible à l’avant, avec une bande de LED reprenant la forme d’un marteau de Thor et la calandre caractéristique.

Pour le reste, le Polestar 1K se débarrasse de toutes contraintes réelles et même de poste de pilotage. Car le concept virtuel se veut entièrement autonome, comme la célèbre Robocar, un véhicule capable d’approcher les 300 km/h sans la moindre intervention humaine directe. L’ensemble est guidé grâce à la caméra 360° située sur le haut de l’aileron arrière, et assisté par une intelligence artificielle dotée d’un « cerveau diabolique ».

La Polestar 1K veut visiblement en finir avec les humains
La Polestar 1K veut visiblement en finir avec les humains

Une informatique Roborace pour la Polestar 1K ?

Aucune indication mécanique n’a été fournie par Fabian Brees, qui s’est lâché seulement sur le plan stylistique. Toutefois, les flancs disposent d’un petit autocollant sur lequel est inscrit « Hypercar électrique sans pilote. Rendue possible par Roborace« . On peut alors imaginer à l’intérieur tout le système informatique qui s’occupe de faire bouger la Robocar originale.

Propriété de Roborace, cette voiture de course autonome peut être mise à disposition de quiconque souhaite installer son propre algorithme de conduite. Cette Polestar 1K peut donc facilement reposer sur la barquette de 975 kg et dotée de près de 500 ch, profitant d’une intelligence artificielle gérée par une plateforme Nvidia Drive XP2.

Les curseurs de ce concept virtuel seraient toutefois réglés sur des paramètres agressifs, comme le suggère l’autocollant arrière. Le concepteur aurait-il donc abusé du film iRobot, où les robots finissent par prendre le dessus sur les humains ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.