Avant-première : on a testé le Nokian WR Snowproof, un pneu taillé pour l’hiver

Alors que l’hiver est derrière nous (sauf dans Game of Throne où il est enfin là), il vous semblera peut être saugrenu d’évoquer les pneus que vous pourriez installer sur votre auto à la fin de l’année. En réalité, c’est dès maintenant qu’il faut s’y intéresser. Nous avons donc testé pour vous le nouveau Nokian WR Snowproof qui sera disponible au début de l’automne prochain.

par Alexandre Lenoir 18 Avr 2019 10:00

À moins d’habiter le nord de l’Europe ou la Russie, le nom de Nokian n’évoque pas toujours grand-chose à chacun. Le fait d’y voir une consonance troublante avec Nokia n’a en revanche rien de fortuit puisque les deux marques n’en était autrefois qu’une. C’est en 1988 que le groupe s’est séparé de son activité caoutchouc pour se concentrer sur les équipements téléphoniques. Connecting people, disait la publicité de l’époque pour Nokia, tandis que Nokian s’attelait à « connecter » la voiture et la route dans ces contrées glissantes. La marque est aujourd’hui l’un des plus importants fabricants de pneus nordiques du monde.

C’est près d’Ivalo en Finlande, au-delà du cercle polaire et sur le terrain de jeu de la marque, que nous avons pris le volant de nos autos chaussées des nouveaux WR Snowproof. Pour l’occasion, nous sommes amenés à piloter des Audi RS5 dont le moteur V8 de 4,2 litres de cylindrée développe pas moins de 450 chevaux. Les routes, quant à elles, sont à l’image de nos attentes : la plupart ne sont pas déneigées, mais chacun y circule comme aux beaux jours, sans même que les limitations de vitesse ne soient changées le temps de la saison.

Cette assurance au volant est évidemment la conséquence de l’obligation d’équiper sa voiture de pneus adaptés. Dans la hiérarchie des pneus hiver, le WR Snowproof est un modèle sur lequel seules la gomme, les sculptures et la structure sont conçues pour la neige et les terrains glissant. Ici, pas de clou pour agripper le sol, c’est dans l’innovation, la chimie et la technologie que tout se joue.

Il y a bien longtemps que le pneu n’est plus une simple enveloppe de caoutchouc, mais s’est transformé en véritable objet technologique. Grâce à des différences dans le mélange qui la compose, la gomme sera tour à tour dure ou tendre, plus ou moins résistante au roulement, plus ou moins sonore sur la route, plus ou moins adhérente aussi. Mais le pneu parfait n’existe pas, il s’agit toujours d’une histoire de compromis et de technologie.

Le pneu hiver est conçu dans une gomme plus tendre que celle d’un pneu été classique, donc qui s’échauffe davantage. C’est pourquoi elle est plus efficace à basse température qu’un pneu été qui, lui, durcit au fur et à mesure que la température de l’air diminue, jusqu’à perdre la quasi-totalité de son adhérence et donc devenir inutilisable lorsque le sol se met en plus à glisser.

Mondial 2018 – Michelin expose son pneu Vision

Sur le WR Snowproof, il ne nous faut guère de temps pour appréhender le sol enneigé. Dès la mise en route, les 430 Nm de couple de notre RS 5 passent au sol quasiment sans broncher, le voyage peut commencer. Notre parcours de liaison nous mène jusqu’à l’annexe de l’aéroport d’Ivalo ou une vaste piste non déneigée va nous permettre d’évaluer les capacités du pneu à guider, accélérer ou freiner sur ce sol glissant. Nos RS5 étant dotées de béquilles électroniques pour compenser les dérives, nous commençons nos tests en les laissant activées. Le fait que les mises en glisse soit systématiquement rattrapées alors que nous mettons du cœur à faire glisser l’auto démontre s’il le fallait l’importance de ce type de gomme en hiver. Pas moyen de réaliser une belle glisse télégénique, l’auto cherche à se remettre dans l’axe de la route et trouve pour cela un relais solide dans ses pneus.

Quand cela ne tienne, nous déconnectons alors anti-patinage et ESP, ce qui va nous permettre d’évaluer plus précisément encore la capacité du pneu à adhérer. En effet, pour contrôler la glisse d’une auto, il faut non pas pouvoir freiner, mais accélérer pour tenter de suivre une trajectoire. Si l’auto n’est pas dirigeable, c’est le tout droit, le plus souvent synonyme de sortie de route. Sans aller jusqu’à prétendre que l’adhérence est similaire à celle d’un pneu sport sur une chaussée sèche, le travail fourni par le W Snowproof impressionne. Les glisses se contrôlent  facilement et jamais nous ne sommes partis en tête à queue (le but était de l’éviter tout en mettant du rythme).

Bridgestone Weather Control A005, un nouveau pneu toutes saisons

Cette sécurité de conduite est due à l’adoption de différentes technologies, notamment un système dit « griffes de neige » qui favorise l’adhérence, un Brake Booster qui déforme les épaules pour augmenter l’adhérence au freinage et, enfin, un rainurage qui retarde l’effet de planage sur la neige ou l’eau en favorisant l’extraction hors de la zone de roulement.

Genève 2019 – Pirelli lance le P Zero Hiver et l’Application Track Adrenaline

Le problème du pneu hiver, vous l’avez compris, réside dans sa tendresse qui le rend fragile lorsque les beaux jours arrivent. En travaillant sur le composé du caoutchouc, Nokian est cependant parvenu à rendre son Snowproof utilisable quasiment en toute saison. À tout le moins ne va-t-il pas s’user trop rapidement à l’arrivée du printemps. Dans ce même mélange, une forte teneur en silice permet en outre de limiter la résistance au roulement et donc de classer ce pneu en B ou C (en fonction des dimensions) en matière d’économie d’énergie selon l’étiquetage européen. Côté confort de roulement, Nokian a également travaillé sur le bruit et les vibrations avec un ensemble de technologies regroupées sous l’appellation Silent Sidewall. Comme nous l’avons constaté, sur le bitume, ce pneu hiver n’est effectivement pas ostentatoirement plus sonore qu’un pneu classique.

Enfin, nous sommes nombreux à nous demander à quel moment changer un pneu. Les témoins d’usure ne sont pas toujours faciles à repérer, lorsqu’on sait qu’ils existent. Avec le WR Snowproof, Nokian montre la voie avec son indicateur de sécurité hivernale, baptisé WSI. Le témoin, un flocon vert, est clairement visible dans la bande de roulement et s’efface dès que l’usure est critique, soit quand les sculptures ne sont plus profondes que de 4 mm. Au-delà, nous confiait un ingénieur, le pneu n’est plus sûr et il faut en changer.

La plupart des manufacturiers proposent une gamme hiver et Nokian nous sert ici de prétexte pour aborder cette thématique. Sachez cependant que les fabrications de ces gommes n’ont en général lieu qu’une fois par an et qu’il est prudent de réserver les siennes assez tôt en amont de la saison. Voilà pourquoi, vous l’avez compris, évoquer ce type de pneu au sortir d’un hiver n’est pas du tout absurde. Et si vous vous êtes trouvé en difficulté dernièrement sur les routes, vous en êtes probablement déjà convaincu !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Voltaire, 23/04/2019 - 15:05

    Et le scandale Nokian on en parle?
    Le fabricant finlandais de pneus Nokian Tyres a systématiquement fourni, dès 2005, des pneus qui étaient spécialement conçus pour performer dans les tests d’évaluation et non pas des modèles de la production normale.
    https://fr.autosphere.ca/pneumag/pneus-nouvelles/2016/03/08/nokian-manipulation-tests/

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • , 04/05/2019 - 15:25

      @Voltaire - "Et le scan..."
      On peut en parler, mais la compagnie a, à l'époque (2016), reconnu les faits et indiqué qu'ils n'avaient plus cours depuis 2014. L'affaire est donc a priori close. Par ailleurs, la plupart des tests comparatifs réalisés par la presse utilisent des pneus achetés dans le commerce et donc peu suspects d'être améliorés spécialement pour l'occasion.
      Enfin, il faut savoir qu'il existe aussi des différences entre les pneus de première monte et les pneus de remplacement, même s'ils portent le même nom. La plupart des manufacturiers fournissent en effet aux constructeurs des pneus répondant à un cahier des charges propres à chaque marque automobile, tandis que dans le commerce il s'agit d'une formulation commune (sauf agrément particulier pour tel ou tel constructeur, mais ça ne concerne que les supercars. Ainsi, votre pneu Duchmol Ultragy monté sur votre Peunault neuve sera potentiellement différent du Duchmol Ultragy que vous achèterez (ou pas) lorsqu'il faudra le remplacer.
      ---