Maersk abandonne les combustibles fossiles pour le transport maritime

AP Moller Maersk, basée au Danemark, a annoncé cette semaine qu’elle stopperait complètement ses émissions de carbone d’ici 2050.

par Olivier Grouse 13 Déc 2018 14:30

Maersk est la plus grande entreprise de transport maritime du monde et représente environ 20% du fret maritime mondial. Le transport maritime a été très critiqué pour le manque d’efforts et de changements effectués en vue d’un environnement plus propre. Avec cette annonce, la société AP Moller Maersk se fixe un nouvel objectif important et met ses concurrents et le reste du secteur au défi de se responsabiliser et de moderniser.

L’objectif ambitieux fixé par Maersk est conforme à la stratégie de l’Organisation maritime internationale des Nations Unies, qui demande aux 173 pays membres de réduire leurs émissions de moitié par rapport aux niveaux de 2008. Avec une échéance confortable d’ici 2050. Depuis 2007, Maersk a réduit ses émissions globales de carbone de 46%, grâce à des investissements d’un milliard d’euros environ. La plus grande partie du processus consistera à opter pour des navires neutres en carbone d’ici 2030.

Renault et Neoline imaginent le voilier cargo transocéanique du futur

Pour rappel, si le transport maritime était un pays, ce serait le sixième plus grand émetteur de gaz à effet de serre au monde. Maersk représente environ 20% du fret maritime mondial. Le «carburant de soute» généralement utilisé pour les transports maritimes internationaux peut contenir 3 500 fois plus de soufre que le gaz utilisé dans les voitures diesel qui sont aujourd’hui pointées du doigt. Il est associé à plusieurs problèmes de santé, notamment l’asthme, les maladies cardiaques et les complications de la grossesse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.