L’hydrogène a le vent en poupe et beaucoup de supporters

A l’occasion du Conseil de l’Hydrogène, une coalition mondiale de PDG pour les technologies de l'hydrogène se déroulait la semaine dernière à Bruxelles. 14 nouveaux membres sont venus apporter leur support au développement de ce carburant.

par Olivier Grouse 19 Sep 2018 14:00

C’est la deuxième vague de croissance majeure cette année. Avec l’arrivée d’entreprises aussi performantes qu’Airbus, Air Products, Cummins, EDF, Thyssenkrupp et Southern California Gas, le Conseil de l’Hydrogène regroupe désormais 53 entreprises de premier plan, qui représentent 3,8 millions d’emplois et 1,8 milliard d’euros de revenus dans 11 pays différents. Le groupe a tout simplement quadruplé en 18 mois et se prépare au Sommet Mondial sur l’Action Climatique à San Francisco la semaine prochaine, en vue de discussions sur une vision commune de l’hydrogène.

Toyota accélère dans l’hydrogène
Toyota Mirai. La pionnière des voitures à hydrogène
Toyota Mirai. La pionnière des voitures à hydrogène

Benoit Potier, Président d’Air Liquide et co-président du Conseil de l’Hydrogène, a déclaré : « Le niveau d’intérêt pour cette initiative a dépassé toutes les attentes et la composition du groupe – y compris les leaders mondiaux de l’énergie, des transports, des gaz industriels et d’autres domaines clés – montre que les entreprises mondiales considèrent l’hydrogène comme un élément essentiel des efforts de transition énergétique. J’attends avec impatience une réunion productive à San Francisco. » Le but de cette rencontre à venir est de bâtir une vision commune pour le futur de l’hydrogène, avec le potentiel de réduire les émissions de CO2, de créer un marché de 2,5 milliards d’euros, et de créer 30 millions d’emplois.

Hyundai Nexo. L’essai transformé de Hyundai
Hyundai Nexo. L’essai transformé de Hyundai

Pour rappel, l’hydrogène est l’énergie la plus abondante, renouvelable, bon marché et énergétique (trois fois plus élevée que le diesel). Ces qualités le désignent comme le potentiel fuel du futur. Sans oublier qu’il fonctionne sans rejets et n’émet que de la vapeur d’eau et un peu de monoxyde d’azote et dioxyde d’azote. La principale difficulté vient du stockage et des dangers d’utilisation. Il n’y a à l’heure actuelle aucune technologie pour conserver longtemps cet élément chimique H au numéro atomique 1, gaz le plus léger sur terre et dans l’espace, mais aussi explosif et inflammable. La Toyota Mirai utilise deux réservoirs de H2, et la Hyundai Nexo, trois.

Electricité, hydrogène, gaz naturel : comment choisir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.