Les voitures électriques d’Autolib’ entre destruction et recyclage

À la fin du mois de juillet, le service Autolib’ s’arrêtera définitivement et le groupe Bolloré va devoir gérer ses véhicules électriques Bluecar.

par La rédaction 23 Juil 2018 14:16

Peu à peu, les voitures électriques du service Autolib’ quittent les rues de Paris suite à la fin de contrat fixée au 31 juillet prochain. Pour faire face à cet arrêt anticipé, le groupe Bolloré propriétaire des Bluecar prévoit de les envoyer à la casse, mais aussi d’en recycler.

Le groupe breton n’a pas communiqué clairement sur le nombre de véhicules concernés par cette opération. Au total, 4 000 voitures électriques sont recensés et selon La Nouvelle République plus de 500 Bluecar seraient déjà à Romorantin-Lanthenay, dans le Loir-et-Cher. Auparavant propriété de Matra, le site est spécialisé dans le recyclage automobile. En outre, les batteries LMP (Lithium-Metal-Polymère) développées devraient bénéficier d’un traitement de recyclage différent.

Sur le millier de voitures restantes, les petites voitures grises devraient être reconditionnées et réaffectées à d’autres villes où le service du groupe Bolloré est encore actif. Au vu des nombreuses voitures rapatriées par Bolloré, la revente sur le marché de l’occasion pourrait aussi être envisagée, surtout à destination des professionnels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.