Les voitures autonomes d’Uber sont de retour en test sur routes

Uber annonce la reprise des tests sur routes de ses voitures autonomes, mais avec une procédure différente et réduite.

par Olivier Grouse 10 Déc 2018 13:00

Huit mois après qu’une des voitures autonomes ait heurté et tué un piéton, Uber, l’entreprise technologique américaine qui développe et exploite des applications mobiles de mise en contact d’utilisateurs avec des conducteurs pour des services de transport, est sur le point de remettre ses véhicules autonomes sur les routes. Mais dans une version considérablement réduite.

Selon le porte-parole, les nouveaux tests se feront de jour, par temps sec, sur une boucle entre deux bureaux de la société à Pittsburgh, avec une vitesse limitée à 40 km/h. Désormais, deux employés seront présents à l’avant et le projet de transport de passagers est désormais en stand-by. Ces tests réduits constituent un retour modeste pour Uber, en contradiction avec les discours élogieux de cette technologie avant-gardiste.

Le prototype autonome Uber qui avait heurté et tué un piéton
Le prototype autonome Uber qui avait heurté et tué un piéton

Sa technologie automobile autonome est confrontée à des problèmes considérables. D’après quelques déclarations anonymes d’employés, les voitures réagissent plus lentement que les conducteurs humains, et ont des difficultés pour passer les tests de validation. La reprise de ce programme est un véritable enjeu financier pour Uber, qui a conclu un partenariat avec Volvo pour 24 000 voitures autonomes, et Toyota pour 440 millions d’euros d’investissement.

Le temps presse, d’autant que la concurrence est féroce. La société de technologie américaine Nvidia, entre autres, multiplie ses projets et développe ses plate-formes de conduite autonome Nvidia Drive AGX Pegasus et Xavier avec ses nouveaux partenariats chinois. Ces derniers travaillent de façon indépendante pour construire leurs propres véhicules autonomes.

Nvidia vise la Chine avec de nouveaux produits et de nombreux partenariats avec ses plate-formes de conduite autonome.
Nvidia vise la Chine avec de nouveaux produits et de nombreux partenariats avec ses plate-formes de conduite autonome.

À noter enfin que malgré le développement rapide de ses services et ses débuts à Wall Street l’année prochaine, le concept n’est pas rentable et la société a perdu 1 milliard de dollars au cours de son dernier trimestre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.