Les vélos électriques chinois taxés par l’UE

L'Union Européenne rejoint la guerre commerciale sur les vélos électriques avec de nouveaux tarifs douaniers destinés à empêcher le dumping des vélos électriques chinois.

par La rédaction 23 Juil 2018 10:30

L’Union Européenne a décidé d’afficher de nouveaux tarifs douaniers sur les bicyclettes électriques importées de Chine afin de lutter contre le dumping. Le montant des taxes est spécifique à chaque entreprise et varie de 21,8% à 83,6%, bien que la plupart d’entre eux s’acquittent déjà d’un montant équivalent à 37%. De nombreux fabricants de vélos électriques en Europe se plaignent depuis longtemps des pratiques commerciales déloyales en Chine, où les entreprises locales profitent du coût incroyablement bas de la main-d’œuvre, de matériaux subventionnés et de marges bénéficiaires très faibles pour exporter des vélos électriques à bas prix vers l’Europe.

Le volume des exportations chinoises de vélos électriques vers l’UE a triplé entre 2014 et 2017, la part de marché s’élevant à 35%. Ces e-bikes bon marché rendent difficile la concurrence pour les fabricants de vélos électriques locaux en Europe. Afin de déterminer la marche à suivre et l’étendue des nouvelles taxes à créer, une délégation de la Commission européenne a visité un certain nombre d’usines de bicyclettes électriques en Chine, notamment celles de sociétés telles que Giant, Bodo, Jinhua Vision et Suzhou Rununion. Celles-ci se sont d’ailleurs vues imposer des tarifs douaniers allant jusqu’à 83,6%. L’intégralité de la nouvelle réglementation et les tarifs spécifiques peuvent être consultés dans le rapport officiel de la Commission européenne.

L’industrie du vélo électrique reste divisée en ce qui concerne le soutien de cette mesure. L’Association européenne des fabricants de vélos s’est prononcée en faveur de la nouvelle réglementation, qui, selon eux, aidera à soutenir les entreprises locales et encouragera l’innovation locale dans l’industrie du vélo électrique. Selon Annick Roetynck, responsable de LEVA-EU: « Certains importateurs ont des cargaisons en attente en mer. S’ils ne peuvent pas les décharger et les vendre, les importateurs perdent leur argent. Si la Commission décide de percevoir des droits rétroactivement, les importateurs risquent d’abandonner leurs activités. Le chaos et l’incertitude créés par cette procédure sans fondement constituent une menace existentielle pour les petites entreprises et le marché croissant du vélo électrique en Europe. »

Ces nouvelles taxes arrivent au moment même où les États-Unis préparent une mesure similaire contre les exportations chinoises de vélos électriques, ce qui pourrait augmenter considérablement le prix de ces produits outre atlantique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.