Le Suzuki Jimny pourrait quitter l’Europe à cause de ses émissions de CO2

Avec l’arrivée de normes encore plus restrictives et un malus assassin, le Suzuki Jimny s’apprêterait à faire ses adieux au marché européen.

par Soufyane Benhammouda 24 Jan 2020 09:39

Apparu sur le Vieux Continent en 2019, le Suzuki Jimny a apporté du Japon un sérieux coup de fraicheur : mignon, petit et doté d’excellentes capacités tout-terrain, il se plaçait comme une alternative de choix face aux crossover tout juste capables d’escalader un trottoir. Mais il est aussi un petit insolent face aux normes anti-pollution et sa fin serait déjà proche, du moins sous sa forme actuelle sur le vieux continent.

Le petit 4×4 devrait donc se retirer de tous les marchés européens sous peu. D’après Autocar India, renseigné par des sources internes, le constructeur japonais aurait déjà ordonné aux revendeurs de ne plus accepter de commandes pour le Suzuki Jimny, et ce avec effet immédiat.

S’il n’avoue que 1 100 kg au maximum, le 4×4 pèse lourd sur la balance du CO2. Uniquement proposé avec un 4 cylindres 1,5 litre de 102 ch pour 130 Nm de couple, il peut émettre 154 g/km de CO2 avec la boîte manuelle ou même 170 g/km avec la boîte automatique à 4 rapports ! Proposé à partir de 17 225 euros et 21 175 euros selon la configuration de boîte, il écope d’un malus écologique de 4 818 euros ou 10 980 euros respectivement.

Craquant mais insolent : le Suzuki Jimny peut réclamer un malus écologique de 10 980 euros !
Craquant mais insolent : le Suzuki Jimny peut réclamer un malus écologique de 10 980 euros !

Une version hybride pour le retour du Suzuki Jimny ?

Si ses ventes sont naturellement appelées à dégringoler, il reste l’un des modèles les plus populaires dans la gamme de la marque. Ses émissions pourraient ainsi plomber la moyenne de CO2 du constructeur, qui risquerait de s’acquitter de lourdes amendes européennes.

Toutefois tout n’est pas fini. Le cube japonais pourrait faire son retour en Europe à partir de 2021 avec une homologation de véhicule utilitaire N1 à deux places. Cette pirouette lui permettrait de contourner légalement certaines règles sur les rejets de CO2. Par ailleurs, il pourrait récupérer la motorisation hybride de la Suzuki Ignis SHVS : le système doté d’une microscopique batterie de 0,036 kWh permet tout de même de limiter les rejets à 97 g/km.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.