Le malus écologique 2020 pourra grimper à 20 000 euros !

Dès le 1er janvier, le barème du malus écologique 2020 va adopter treize tranches supplémentaires et un montant maximal de 20 000 euros.

par Soufyane Benhammouda 18 Déc 2019 12:34

Instauré en France depuis quelques années, le malus écologique est une taxe qui vise à inciter les automobilistes à acheter des véhicules moins polluants. Indexée sur les émissions de CO2 homologuées, la contribution est dûe lors de la première immatriculation du véhicule. Pour 2020, le gouvernement a décidé de revoir sa grille, avec un seuil de déclenchement plus bas et un malus maximal complètement prohibitif. De plus, les motos et scooters pourront être concernés par une grille spécifique.

Dès le jour de l’An, les véhicules seront impactés par le malus écologique à partir de 110 g/km de CO2, sur la base de l’homologation avec le nouveau cycle NEDC corrélé. Alors qu’il était appliqué à partir de 117 g/km de CO2 cette année, avec un malus écologique de 35 euros, de nombreux véhicules qui étaient placés en zone neutre vont désormais être concernés par une taxe comprise entre 50 et 190 euros.

De plus, le plafond du malus maximal devait se maintenir à 12 500 euros, mais un amendement a été déposé dans le cadre du projet de loi de finance 2020. Ainsi, le malus écologique 2020 sera encore plus restrictif dès 173 g/km de CO2, contre 191 g/km en 2019. Dès ce niveau de pollution, la grille tarifaire va alors grimper jusqu’à 20 000 euros dès 184 g/km de CO2 !

Retraite anticipée pour le 370 Z (284 g/km) : le malus représente près de 60 % du prix de vente
Retraite anticipée pour le 370 Z (284 g/km) : le malus représente près de 60 % du prix de vente

Le malus écologique annonce la fin de certains modèles

De nombreuses citadines ou voitures hybrides jusqu’alors installées en zone neutre se retrouveront impactées par cette nouvelle grille. Tout en haut, certains véhicules pourraient connaître une lente mort commerciale. C’est le cas, par exemple, du Suzuki Jimny équipé de la boîte automatique (170 g/km), dont le malus de 10 980 euros représente près de la moitié de son prix de vente initial (21 175 euros).

Avec cette mesure, le gouvernement envisage un gain de 50 millions d’euros sur une année pleine, qui sera destiné aux sous-traitants automobiles, particulièrement concernés par la transition énergétique. À noter qu’à partir du 1er mars 2020, une nouvelle grille basée sur la norme WLTP entrera en vigueur. Les émissions étant alors plus proches de la réalité, le gouvernement a décidé de décaler les niveaux de 28 g afin d’éviter une taxation trop importante. Dès lors, le déclenchement du malus écologique sera fixé à 138 g/km alors que le malus de 20 000 euros sera dû dès 212 g/km de CO2. Parallèlement au durcissement de ces taxes, les véhicules propres font aussi l’objet d’une révision des aides attribuées, avec un bonus dont le montant passe à 5 000 euros et une grille évolutive en fonction des prix de vente.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.