L’Arabie Saoudite au secours de Tesla ?

Elon Musk a déclaré qu’il ne pensait pas qu’il aurait besoin de lever la totalité de ses capitaux, évalués à 72 milliards de dollars. Le PDG de Tesla compte financer la privatisation de l'entreprise avec son offre de 420 dollars par action, avec un apport estime à 20%.

par Driss Abdi 16 Août 2018 14:19

Un des actionnaires de Tesla est l’Arabie Saoudite, et plus précisément le Fonds d’Investissement Public (FIP), estimé à 250 milliards de dollars d’actifs, avec de nombreuses revendications sur ses ressources, tant financières que politiques. Le FIP est déjà engagé financierement dans de grandes entreprises saoudiennes, mais aussi Softbank, Uber, Virgin Group, Blackstone, etc.

Le Prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, qui dirige le FIP, cherche à diversifier l’économie saoudienne au-delà des exportations de pétrole en développant de nouvelles industries. Un accord avec Tesla pourrait rapprocher l’Arabie Saoudite du développement d’une industrie automobile nationale, ou jouer un rôle dans la fabrication de batteries électriques voire même dans les activités spatiales de Musk.

Ce dernier a déclaré lundi que le Directeur Général du PIF, M. Al-Rumayyan avait exprimé son soutien à la privatisation de Tesla et que les pourparlers avec le fond d’investissement et d’autres investisseurs se poursuivaient. Les porte-paroles du fonds, ainsi que des représentants du gouvernement saoudien, ont jusqu’à présent refusé tout commentaire sur les déclarations de Musk. Mais les banquiers familiers avec les secrets du PIF ont déclaré mardi qu’ils n’avaient encore vu aucun signe de préparation à un accord avec Tesla.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.