La ville de Genève interdit les locations de trottinettes électriques

La ville de Genève accorde la priorité au développement de son réseau de vélos en libre-service.

par Olivier Grouse 29 Mai 2019 11:00

Alors que Zurich et Bâle ont accepté sous conditions les services de location de trottinettes électriques, Genève a décidé de les interdire. Serge Dal Busco, le conseiller d’État en charge des transports, a déclaré à la presse suisse : « Nous avons reçu plusieurs demandes, mais nous avons indiqué que notre priorité était le vélo et que, par souci de ne pas créer de la confusion, nous y renoncions pour l’instant ».

À l’heure actuelle, l’usage de la trottinette électrique et autres engins de mobilité est autorisé et soumis à une règlementation spécifique. Ces engins sont assimilés à des véhicules. Ils sont autorisés à circuler sur les trottoirs et dans les zones piétonnes; dans les zones 20 et 30, sur la droite de la chaussée, en respectant la priorité de droite et sur les pistes cyclables dans la même direction que les cyclistes (voie réservée en site propre ou bande jaune continue).

L’Allemagne légalise les trottinettes électriques

Parmi les raisons de ce refus, la ville a mentionné le chaos et les difficultés rencontrées dans d’autres villes, comme Paris et son propre projet d’accorder la priorité au développement d’un réseau de vélos en libre-service pour le printemps prochain, en partenariat avec quinze communes. À ce sujet, l’architecte et urbaniste Ariane Widmer a déclaré sur la RTS : « La trottinette électrique est particulière: est-ce que vous êtes un piéton ou un cycliste? Ce n’est pas tout à fait clair. »

Paris propose une charte de bonne conduite pour les trottinettes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Helix, 29/05/2019 - 17:40

    Genève et la mobilité douce... Oui mais très doucement !
    J'ai des doutes quand à la volonté de la part des responsables politiques de laisser de la place aux vélo et autres.
    La ville a pas mal de retard en comparaison du reste de la suisse, et l'écart se creuse avec les villes françaises aussi.
    À croire que les groupes de pression pro-tout-voitures sont bien implantés.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié