La prime à la conversion 2018 dépasse toutes les prévisions et les budgets

Le succès de l’élargissement aux voitures d’occasion de la prime à la conversion entraine des délais de paiement qui font grimacer certains ménages modestes et les professionnels du véhicule d’occasion.

par Olivier Grouse 30 Sep 2018 20:00

Lancée en 2007, règlementée en 2014 et codifiée le 30 décembre 2015 dans le code de l’énergie, la prime à la conversion était loin d’être un succès. Avec 242 dossiers déposés et acceptés en 2016 et de nombreuses critiques, les objectifs fixés en décembre 2015 semblaient impossibles à atteindre. En temps de crise, les conditions ne semblaient guère propices pour les ménages les plus modestes de se séparer de leur véhicule ancien (moyenne d’âge jusque 8,7 ans en moyenne en 2015) et polluant.

Réajustement du malus écologique en 2019

Suite à ce constat, et sous l’impulsion de Nicolas Hulot ancien Ministre de l’écologie, la prime à la conversion est élargie à l’achat de véhicules d’occasion, à condition qu’ils soient porteur de certaines vignettes : verte Crit’Air 0, rose Crit’Air 1 ou bien Crit’Air 2… et quitte à ignorer le principe de la neutralité technologique.

Dès le 1er janvier 2018, les résultats sont immédiats. 45 000 demandes au mois de mai, 100 000 au mois d’août, « à la mi-septembre 2018, nous en sommes désormais à plus de 170 000 demandes » précise le cabinet du Premier ministre, Edouard Philippe. Par exemple, cela représente 15% des ventes de véhicules d’occasion chez le groupe PSA.

Photo: ets-fieschi.com
Photo: ets-fieschi.com

Compte tenu que le budget initial tablait sur 100 000 demandes, le programme se retrouve temporairement à court de financement. « Vous n’avez rien reçu ? Rien d’étonnant à cela. Le problème est national. Personne n’a été payé depuis le 31 mai. La prime à tellement bien marché qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses » explique un conseiller aux journalistes du Parisien.

Autour d’Edouard Philippe, on l’assure : « Tous les dossiers qui ont été validés seront évidemment payés. » En attendant, des groupes de travaux, dont le Conseil National des Professions de l’Automobile (le CNPA), seront constitués prochainement afin d’améliorer le dispositif l’année prochaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.