La première Bentley électrique ne verra pas le jour avant 2025

Malgré quelques concepts, la firme anglaise n’a jamais franchi le pas. La marque explique les raisons et annonce la première Bentley électrique pour 2025.

par Soufyane Benhammouda 11 Mar 2020 12:12

Pour entamer sa transition énergétique et continuer à pérenniser la lettre B au bout de la calandre proéminente de ses voitures de luxe, Bentley devra forcément se convertir à l’énergie électrique. Toutefois, la première Bentley électrique pourrait ne voir le jour qu’à partir de 2025.

La marque envisage d’entrer dans le segment dans les prochaines années, au milieu des années 20 de notre siècle donc. Cependant, Adrian Hallmark, son PDG, a expliqué les raisons de ce retard à l’allumage lors d’un entretien avec nos confrères de Top Gear : « Les batteries coûtent six fois le prix d’un moteur, et un moteur représente 20% du coût d’une voiture. Les voitures électriques sont très chères aujourd’hui parce que les batteries sont chères ».

Selon les estimations du constructeur, ces dernières seront plus abordables et plus petites dans cinq ou six ans. C’est à ce moment là que Bentley proposera une voiture électrique répondant à tous les standards de la marque en matière de confort, de puissance et de luxe. À ce titre, la première Bentley électrique pourrait porter le nom de Mulliner, synonyme d’un raffinement poussé à son paroxysme.

La Bentley électrique sera très luxueuse

Celle-ci pourrait prendre la forme du tout récent Bentley EXP100GT Concept, un long coupé statutaire qui pourrait facilement reprendre la carrosserie d’une berline à son avantage. L’étude de style poussait cependant très loin les potentiomètres, avec une mécanique électrique dotée de 4 moteurs, pour un total de 1 340 ch et 1 491 Nm de couple. Capable de toucher les 300 km/h, elle annonçait aussi une recharge à 80 % en seulement 15 minutes et une autonomie de 700 km.

L’approche de Bentley en matière de mobilité électrique nous semble la moins farfelue et la plus raisonnée : alors que la plupart des constructeurs se précipitent dans le segment sous la pression de l’Union Européenne, Bentley préfère jouer au lièvre et la tortue, en arrivant sur le marché plus tard, mais avec des technologies éprouvées et plus « abordables ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.