La guerre des trottinettes électriques fait rage en Californie

Le Los Angeles Times rapporte des actes de vandalisme et de destruction de trottinettes électriques en libre service partout dans la ville.

par Olivier Grouse 16 Août 2018 11:11

La trottinette électrique en location courte durée sans port d’attache est une invention récente. En théorie, c’est le rêve absolu. La localiser puis la louer en quelques secondes avec une carte ou un code, l’utiliser, et ensuite la garer n’importe où… tout simplement. Mais dans la pratique, l’individu lambda n’est apparemment pas aussi discipliné, et rivalise d’imagination sur le lieu de retour !

Dans les zones test de mobilité innovante, comme à Los Angeles, ces trottinettes sont éparpillées comme des ordures dans les rues de la ville, jetées sans soin après leur utilisation pour que l’utilisateur suivant ne puisse l’utiliser. De quoi transformer ces trottinettes électriques en libre service, qui sont quand même très coûteuses, en source de déchets. Elles ne sont pas seulement empilées et brûlées, elles sont aussi barbouillées, taguées, abandonnées, ou même jetées dans l’océan.

Comme en Chine ou en Asie du Sud Est, les habitants ne sont pas préoccupés par la destruction des trottinettes, car ils ne sont pas satisfaits non plus de leur existence et de leur utilisation. En plus de joncher les rues, les utilisateurs font des ravages dans les rues et sur les sentiers. Étant donné la rapidité avec laquelle la situation a dégénéré en à peine un an, le temps presse avant que les villes du pays ne s’en inquiètent (Chicago est également concerné), et agissent, que ce soit pour des raisons de sécurité ou d’opinion publique. À Paris, les opérateurs qui déploient leur flotte depuis peu n’ont pour le moment pas déploré de telles dégradations. A l’inverse des vélos en libre service tels que ceux de Gobee.Bike qui a carrément cessé ses activités dans l’hexagone.

Sur le même thème :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.