La fin des voitures thermiques en 2040 en France ?

Le gouvernement a détaillé vendredi dernier ses engagements pour l'écomobilité et les mesures pour les voitures électriques afin de garantir une meilleure qualité de l’air.

par La rédaction 23 Juil 2018 11:30

Le nouveau barème de bonus-malus pour l’année 2019 a été annoncé ce jour par Nicolas Hulot et Elisabeth Borne. Afin de souligner son engagement pour une mobilité propre et la qualité de l’air, le gouvernement a dévoilé une liste de mesures qui intégrerait le futur projet de loi d’orientation des mobilités qui devrait être présenté à la rentrée.

Le gouvernement évoque, entre autres, la fin des ventes de voitures neuves émettrices de gaz à effet de serre à compter de 2040, la multiplication par cinq des ventes de VE entre 2017 et 2022, l’accélération du développement des stations de recharge. Des objectifs déjà exposés en mai dernier.

En ce qui concerne les bornes de recharge, l’augmentation de l’aide financière pour leur raccordement, au sein du budget des réseaux de distribution, passera à 75 %. Le bonus octroyé aux véhicules électriques qui est fixé à 6 000 €, sera maintenu à un « niveau élevé » tout comme la prime à la conversion, dont la nouvelle formule a profité à 95 000 ménages au cours du premier semestre.

Sur le malus, les annonces sont plus détaillées. Au 1er janvier 2019, le seuil de déclenchement, basé sur le CO2, sera réduit de 3 grammes pour passer à 117 g. De plus, le gouvernement veut déployer les zones à faibles émissions. Fondées sur la vignette Crit’Air, celles-ci favoriseraient l’utilisation du véhicule électrique. Une application qui découlera du bon vouloir des collectivités. Désirant engager une logique de partenariat avec les institutions, le gouvernement souhaite mettre en place ces zones d’ici à 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.