La Californie interdit la facturation des recharges à la minute

Une nouvelle loi californienne va obliger les opérateurs à abandonner la tarification à la minute, au profit d’un prix de recharge au kWh.

par Soufyane Benhammouda 30 Déc 2019 18:06

A l’instar de la voiture thermique, il faut faire le même geste pour faire le plein des batteries. Mais bien que l’opération soit similaire, la méthode de facturation diffère, notamment aux Etats-Unis. En Californie, certains opérateurs imposent une facturation à la minute sur leurs bornes. La législation locale a toutefois adopté un texte imposant un prix de recharge au kWh.

Les opérateurs tels que Electrify America, EVgo ou Chargepoint seront donc dans l’obligation de revoir leur système de facturation avec un prix au kWh envoyé dans le véhicule en charge. Cette mesure a pour but de limiter le paradoxe autour de la note finale basée sur une référence temporelle. Si les vitesses de charge peuvent varier d’un véhicule à l’autre, elles peuvent aussi devenir plus longues en chargeant un même véhicule avec des batteries chaudes.

Preuve en est avec la Nissan Leaf e+ qui, après un trajet autoroutier lors de notre essai, a plafonné à 39 kW sur une borne pouvant délivrer 50 kW. Dépourvue de système de refroidissement actif, la puissance de charge peut même dégringoler au fur et à mesure des passages en borne. Le prix serait donc plus élevé à la fin du trajet sur autoroute qu’au début.

En France, Ionity propose une charge forfaitaire de 8 euros, quelle que soit la quantité consommée
En France, Ionity propose une charge forfaitaire de 8 euros, quelle que soit la quantité consommée

Le prix de recharge devra être affiché sur un compteur à la borne

Malgré les arguments des opérateurs, qui justifient leurs méthodes en raison d’un service rendu, le texte américain entrera en vigueur. Tesla, qui de son côté a fait le choix de proposer un prix au kWh, devra aussi se mettre en conformité et installer un écran sur ses bornes avec un compteur visible. Comme sur les pompes à carburant traditionnelles en somme.

Le réseau de charge français n’est pas concerné par cette mesure, bien qu’il existe une poignée d’opérateurs utilisant ce type de facturation, tels que Corri-Door ou Bélib. De son côté, Tesla conserve sa méthode avec un kWh affiché au prix de 0,24 euros (pour les Tesla Model 3), alors que Ionity propose un tarif forfaitaire à la charge (complète ou non) de 8,0 euros.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.