Koenigsegg Gemera : un moteur hybride de 1 724 ch et 0 g/km de CO2

Après ses sportives à deux places, la marque suédoise dévoile une nouvelle bombe à quatre places baptisée Koenigsegg Gemera.

par Soufyane Benhammouda 09 Mar 2020 07:33

Nés supercars dans les années 70 avec l’apparition de la Lamborghini Miura, les coupés très haut de gamme et aux performances délirantes ont mué au fil des années. Bien que récemment devenues hypercars pour les versions les plus puissantes, Koenigsegg s’est auto-déclaré constructeur de « mégacars » avec ses sportives hors normes. Désormais, il ouvre la porte du monde des méga-GT avec la Koenigsegg Gemera.

Sur son stand déserté au salon de Genève, l’artisan suédois a donc dévoilé sa nouvelle proposition qui désormais se montre plus clémente avec l’entourage du propriétaire. Malgré une silhouette de supercar telle que nous les connaissons, elle propose ainsi quatre places dans un écrin raffiné et relativement technologique avec, pêle-mêle, des chargeurs à induction à l’avant et l’arrière, Apple CarPlay, un réseau Wi-Fi, une climatisation tri-zone et un large écran central pour accéder à toutes les fonctions du système d’info-divertissement. L’empattement de 3,0 mètres de long favorise forcément l’habitabilité, et ce malgré la présence du moteur dans le dos des passagers. Cette architecture étonnante, rêvée par Porsche il y a de nombreuses années avec la Porsche 911 à quatre portes, a été possible grâce à l’intégration d’une mécanique particulièrement innovante.

Ambiance raffinée et technologies au complet pour cette sportive fabriquée à la main
Ambiance raffinée et technologies au complet pour cette sportive fabriquée à la main

Une mécanique hybride rechargeable révolutionnaire pour la Koenigsegg Gemera

Sous le capot prend place un petit 3 cylindres 2,0 litres turbo sans arbre à cames, d’une puissance de 600 ch pour 600 Nm de couple à lui seul. Ce moteur baptisé Freevalves (sans soupapes donc) peut avaler de l’essence sans plomb traditionnelle, mais également de l’éthanol E85 et E100, ou même du méthanol. Ce dernier carburant alcoolique à l’avantage d’afficher un bilan carbone neutre ! Le bloc thermique est associé à trois moteurs électriques qui délivrent tous ensemble 1 500 ch. Au final, la fiche technique grimpe à 1 724 ch pour 3 500 Nm de couple. Koenigsegg promet ainsi un 0-100 km/h en 1,9 seconde et un 0-400 km/h record. En mode tout électrique, les moteurs peuvent faire avancer la voiture pendant 50 km et ce jusqu’à 300 km/h.

Seulement 300 exemplaires seront prévus à un prix unitaire d’un million de dollars « seulement ». Car oui, au regard des nouveautés techniques apportées et de la configuration à quatre places, cette proposition semble plus abordable que d’autre supercars/hypercars/mégacars plus traditionnelles dans leur approche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.