Hövding 2.0, un casque airbag en toute discrétion

Le sujet du port du casque à vélo est un sujet sensible qui concerne bien entendu les vélos à assistance électrique (VAE), voire même les autres moyens de locomotion électrique de la trottinette au gyropode. Car la chute concerne absolument tout le monde… malheureusement. En attendant, la palme de l’originalité et de la technologie revient sans nul doute aux suédois de Hövding.

par Emmanuel Armanet 18 Sep 2018 10:00

En toute discrétion

L’Hövding 2.0 semble de prime abord pour le moins paradoxal puisqu’il ne se porte tout simplement pas sur la tête. Étrange non pour un casque ? Il se porte en effet autour du cou et s’apparente alors à une sorte de tour de cou. Il en prend d’ailleurs la fonction puisqu’il vous mettra à l’abri de l’air frais. Une fermeture éclair assure la mise en place sûre et optimale du dispositif. Le cœur de celui-ci n’est pas lavable, mais le constructeur a tout prévu puisqu’il est ceinturé par un col qui sera lui exposé à la transpiration et à la pollution. Une enveloppe bien entendu lavable et disponible en plusieurs coloris en option pour personnaliser son Hövding 2.0. Celui-ci est proposé en trois tailles, S, M et L, des tailles qui ne correspondent pas au tour de tête, mais au tour de cou.

Image 1 sur 5

Le principe

L’idée est la même que celle d’un airbag automobile. Des capteurs associés à des algorithmes spécifiques analysent 200 mouvements par seconde pour discerner une vibration ou un choc normal (par exemple des pavés ou une descente de trottoir), d’une véritable chute potentiellement dangereuse. Donc lorsque la chute est détectée, un coussin en nylon ultra résistant se déploie en 0,1 seconde autour du cou et de la tête protégeant ainsi le front, la nuque et le crâne. Pour cela, l’Hövding 2.0 utilise une réserve d’hélium placée dans le col du cycliste. Le coussin conserve sa pression durant plusieurs secondes afin de garantir la protection si lors d’une grosse chute la tête du cycliste est amenée à subir plusieurs chocs.

Image 2 sur 5

La mise en œuvre

L’Hövding 2.0 qui pèse 650 g se recharge classiquement via une prise microUSB. Une pleine charge de batterie lui offrirait, selon le constructeur, une autonomie de 9 heures d’utilisation. Pour ne pas oublier de recharger son casque airbag, des signaux lumineux et sonores s’activent en cas de besoin. Pour mettre en marche l’Hövding 2.0, un bouton placé à l’avant du système est facilement accessible.

Image 3 sur 5

Une protection extrême

Confié à des chercheurs de l’université de Stanford, l’Hövding 2.0 a subi de nombreuses épreuves entre leurs mains pour aboutir à un verdict sans appel : pour eux, c’est de toute évidence la meilleure protection existante à ce jour pour les cyclistes. Le coussin gonflable offre une épaisseur et une rigidité quasiment parfaites pour réduire les risques de commotion cérébrale lors d’une chute. De plus, la surface protégée est supérieure. Selon les chercheurs, le risque serait 8 fois inférieur par rapport à un casque classique. Un chiffre impressionnant qui plaide évidemment en faveur de cette solution atypique tout comme celui-ci : avec un casque classique, le risque de traumatisme crânien lors d’une chute à 25 km/h est de 90 % contre seulement 2 % avec le Hövding 2.0.

Image 4 sur 5

De fausses limites ?

L’Hövding 2.0 peut sembler plutôt onéreux avec un prix officiel de 299 € et 15 € pour les enveloppes supplémentaires. Mais finalement, ce n’est pas beaucoup plus cher qu’un casque traditionnel haut de gamme pour une protection nettement supérieure. Une fois activé, l’Hövding 2.0 peut se déclencher en cas de détection d’un gros choc même si vous ne le portez pas. Une fois que le coussin s’est déployé, il faut pour l’heure mettre le Hövding 2.0 au rebut, ce qui devrait être théoriquement fait avec un casque classique. Théoriquement, car peu de personnes le font, surtout à ce prix. Paradoxe, cet airbag ultra-protecteur en ne ressemblant pas du tout à un casque ne sera pas reconnu par le commun des mortels, maréchaussée incluse. Il semble donc possible de se faire arrêter malgré son port un jour où le port du casque deviendra obligatoire.

Image 5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.