GPS Autonomes : comment bien le choisir

Donné pour mort, le GPS autonome reste intéressant et offre encore des avantages par rapport à la première monte. Quel modèle choisir et quels sont les meilleurs ? On vous guide.

par Yazid Amer 25 Déc 2018 10:00

La généralisation des systèmes de navigation GPS embarqués en première monte dans les voitures, qu’ils soient de série ou en option, et surtout l’arrivée des applications dédiées dans les smartphones, semblaient avoir sonné le glas des boîtiers GPS autonomes. Que nenni !

Certes, il est clair que le marché s’est littéralement écroulé depuis le début des années 2010, mais les constructeurs ont réagi en apprenant à leurs boîtiers à être plus interactifs, ludiques et connectés. Les deux plus importantes nouveautés de ces dernières années sont l’apparition de caméras embarquées de type Dashcam dans certains modèles de GPS autonomes, et de modèles spécifiques dédiés aux motos ou aux scooters. D’ailleurs certains s’adaptent parfois aussi aux vélos comme aux trottinettes électriques.

Les points importants avant de choisir

Comment bien choisir son boîtier GPS autonome ? Pour commencer, quel véhicule utilisez-vous ? Si une grande majorité des voitures actuelles sont déjà équipées en GPS, leurs performances ne sont pas toujours au rendez-vous, la faute à un logiciel qui peut s’avérer peut réactif ou peu intuitif, voire même non connecté. Ainsi dépourvus d’info-trafic, leur intérêt est clairement proche de zéro. Si vous envisagez de le remplacer par un modèle autonome voici notre check-list des éléments les plus importants à vérifier avant de faire son choix.

Les dimensions et le poids

Un des avantages d’un GPS autonome est de pouvoir être extrait facilement de la voiture et transporté avec soit. La taille de l’écran ou la présence d’une caméra peuvent influencer fortement sur la taille comme le poids. Si l’encombrement dans la voiture ne pose généralement pas de problèmes, ce n’est pas le cas dans un sac à dos, un sac à main voire dans une poche de veste.

La cartographie ad vitam aeternam

Entre les changements de législation et d’aménagement de voirie, les cartes intégrées aux boîtiers GPS doivent régulièrement être mises à jour. Ceci n’est pas juste une option, car cela influe directement sur les performances quotidiennes et la sécurité. Pour faire simple, si le boîtier GPS qui vous tente ne propose pas la cartographie à vie et gratuitement, préférez un autre modèle.

L’info-trafic pour rouler « presque zen »

L’info-trafic de base est véhiculé par des ondes radio et n’apporte que peu de valeur ajoutée par rapport à l’écoute d’Autoroute FM. TomTom l’a révolutionné en exploitant les données des GPS présents dans des voitures. Une solution qui permet de bénéficier d’un système d’info-trafic plus précis et surtout en temps quasi réel. Le GPS peut alors anticiper les problèmes de circulation et vous proposer des alternatives intéressantes. Si TomTom offre encore le meilleur info-trafic, la concurrence, surtout avec les applications sur smartphone, n’est pas en reste.

Un grand écran pour plus de confort

Privilégiez un écran de plus de 5 pouces pour une meilleure lisibilité. Dans le feu de l’action, nous n’avons droit qu’à un simple coup d’œil pour identifier la route à suivre. S’il faut plisser des yeux ou maintenir le regard pour bien comprendre la carte, l’intérêt est limité. À noter que la qualité des écrans s’est fortement améliorée proposant même du Full HD soit 1920 x 1080 pixels. Une résolution auparavant réservée aux appareils tels que les ordinateurs et les téléviseurs dotés d’un écran plus grand. Conséquence sur une dalle de GPS, les images sont extrêmement précises et la pixellisation inexistante.

Connecté à moi et au monde

Pour profiter du meilleur de l’info-trafic, une connexion Internet via votre smartphone est indispensable. Les constructeurs profitent de la connectivité pour proposer de nouveaux services, des points d’intérêt, les meilleurs restaurants sélectionnés par Gault & Millau, les avis de TripAdvisor voire même la recherche Google !

Un support stable et pratique

Le support ventouse est devenu la norme (excepté pour les modèles destinés aux deux roues), et il se révèle aujourd’hui toujours aussi efficace et stable. Privilégiez un support qui offre en même temps la charge électrique, autant pour éviter de devoir recharger en catastrophe son boîtier, que de limiter la pollution filaire souvent mieux gérée avec ce type de support.

 

Les mains libres

La connectivité avec votre smartphone permet de faire du boîtier GPS un assistant vocal dans certains cas, mais surtout un kit mains libres complet. Le nom ou le numéro de l’appelant s’affiche à l’écran et il est possible de répondre si tant est que votre équipement vous le permet. Attention les oreillettes Bluetooth sont désormais interdites ou volant comme au guidon. Il faut donc disposer d’un système intégré au véhicule ou au casque, ou même un kit mains libres monté sur le pare-soleil.

Quatre ou deux roues ?

La majorité des GPS autonomes sont pensés pour la voiture. Toutefois, l’explosion des deux-roues en milieu urbain a donné naissance à des boîtiers dédiés aux motos et aux scooters. Certains produits peuvent même facilement s’adapter à un vélo ou une trottinette électrique. Tom-Tom et Garmin dominent se segment en proposant des itinéraires plus sinueux ou de belles routes pour les balades à moto. Tom-Tom a même été jusqu’à marier les deux mondes, le GPS autonome et le smartphone avec son Vio, un écran déporté qui affiche la navigation GPS qui est gérée par le smartphone, le tout via une connexion Bluetooth.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Delhomel.christophe@gmail.com, 25/06/2019 - 07:31

    Bonjour, quel gps pour un 50cc me conseiller vous sans que j'ai besoin de mon smart Phone,je cherche un GPS autonome qui se connecte sans que j'ai besoin d'investir dans une connexion internet, merci

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié