Florent Menegaux, PDG de Michelin « Plus besoin de roue de secours avec UPTIS »

C’est dans le cadre de Movin’On, le sommet mondial de la mobilité durable, que Michelin a dévoilé son nouveau UPTIS. Nous avons pu nous entretenir avec son PDG Florent Menegaux à propos de ce prototype de pneu increvable destiné aux véhicules électriques et autonomes.

par Driss Abdi 06 Juin 2019 10:00

Nexxdrive : Quels sont les enjeux pour Michelin des évolutions rencontrées par l’industrie automobile ?

Florent Menegaux : Notre industrie connaît une rupture de taille, de celles qu’on n’a pas connu depuis la renaissance et qui n’arrivent que tous les 400 ans. Tout l’enjeu pour nous est de surfer sur la vague technologique. Michelin a 130 ans et nous avons connu de nombreuses ruptures tout en sachant nous adapter. Ce sont des opportunités fantastiques.

Florent Menegaux (au centre)
Florent Menegaux (au centre)
Michelin UPTIS, un pneu increvable et sans air pour les voitures électriques

En lançant un produit tel qu’UPTIS, vous ne pensez pas que vous aller vous concurrencer vous même ?

Quand nous avons sorti le radial on nous a dit qu’on se tirait une balle dans le pied car les conducteur allaient rouler plus longtemps et porter des charges plus lourdes. Avec UPTIS nous nous adressons aux nouvelles formes de mobilité que l’on voit éclore. Cet objet va permettre d’envisager la mobilité différemment, de concevoir d’autres formes de véhicules. Le potentiel est énorme et ce pneu va finir par trouver son marché. GM, qui est un partenaire de développement, nous aide avec ses tests à finaliser la mise au point de ce type de produits pour un véhicule.

Michelin UPTIS, un pneu increvable et sans air pour les voitures électriques
Pneus 2.0 : plus sûrs, plus connectés, plus écologiques et plus efficaces

Pourquoi dédier ce pneu aux véhicules électriques et autonomes ?

Dans le cas d’un véhicule autonome, il n’est pas envisageable de demander au passager de changer le pneu. Avec UPTIS nous allons nous affranchir de ce problème. De plus, il n’y a plus besoin de roue de secours ce qui permet d’offrir plus de place, par exemple pour les batteries. En Europe on crève tous les 80 000 km contre 8 000 km en Chine vu l’entretien des routes. Un véhicule autonome ne sait pas détecter un nid de poule et le pneu va casser.

De plus, UPTIS offre les mêmes caractéristiques qu’un pneu standard. À l’usage on ne ressent aucune différence en matière de liaisons au sol et de confort. Il offre tous les bénéfices d’un pneu Michelin sans les inconvénients.

Pourquoi un lancement seulement en 2024 ? 

Il faut du temps pour ce type d’innovation. L’agencement de la matière, la physique, ce sont des choses très compliquées même si les composants sont très proches des éléments d’un pneumatique courant. Il va falloir par exemple coller des éléments au moyeu, et nous avons du développer des colles particulières efficaces. Celles-ci sont dépourvues d’émanation qui peuvent impacter la santé, tout en garantissant leur durée de vie sans entretien. Il faut donc de très nombreux tests avec un partenaire pour mettre des objets en roulage. Nous nous sommes donc associés à GM qui met quelques dizaines de véhicules en test en situation réelle. Tout cela prend du temps.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.