Faut-il craquer pour la e-208, la version électrique de la Peugeot 208 ?

Outre les versions essence et diesel, Peugeot propose pour la première fois une version 100% électrique de sa 208. Nous avons pu l’essayer en amont de son lancement en début d’année prochaine.

par Alexandre Lenoir 08 Oct 2019 08:00

C’est la nouveauté dans la nouveauté, Peugeot lance sa vraie première voiture électrique maison (la iOn étant une Mitsubishi rebadgée). Contrairement aux silhouettes que proposent d’autres marques, le lion sochalien prend le parti de décliner son best-seller 208 en version électrique et non de créer un modèle à part. L’avenir nous dira si ce pari est le bon, en attendant nous avons pu prendre le volant d’une Peugeot e-208 de pré série. Prêt à craquer ?

Oui, car elle ressemble à une Peugeot 208

Eh bien en ce qui nous concerne, nous avons tranché. La nouvelle 208 présente un design bien à elle, avec des flancs arborant de multiples sculptures, une face très anguleuse mais homogène et un arrière en accord avec les actuels canons de la marque, notamment au niveau des feux à trois griffes. C’est très travaillé et il eut en effet peut-être été dommage de ne pas offrir cela aux clients d’une voiture électrique. À peine quelques ajouts permettent de distinguer la Peugeot e-208 d’une thermique, notamment des badges sur les ailes arrière, un lion bicolore sur le capot et un monogramme sur le hayon.

Pour le reste, nada. Un automobiliste qui arrive derrière une Peugeot e-208 n’ira pas se fendre d’une remarque désagréable sur son conducteur. Vous roulez en 208 électrique incognito.

Oui, pour son intérieur osé

Sur la 208, Peugeot a fait dedans ce qu’il a fait dehors : une voiture différente. Pas de copier-coller d’un autre modèle de la gamme, même si l’on retrouve évidemment une ambiance familiale. Le fameux i-Cockpit, avec son mini volant à double méplat, est un élément de fidélisation, nous affirme la marque. Disons que si l’on parvient à trouver sa position de conduite pour voir à la fois la route et l’instrumentation, c’est indéniablement un avantage. Si en revanche la partie supérieure de la jante du volant vient obstruer les cadrans, on aura du mal à vous faire entendre que c’est génial. Nous concernant, tout va bien au volant de la Peugeot e-208.

Sur la Peugeot e-208, le constructeur apporte une nouveauté à son instrumentation numérique, avec un système d’affichage 3D qui permet de hiérarchiser l’information selon son importance. Ça vous parait gadget ? C’est en fait très efficace. Quoi de plus agaçant, sur une dalle numérique comme on en trouve désormais partout, que de chercher la bonne information. Ici, elle est tombe clairement sous les yeux, tout le temps. Une réussite.

La console centrale innove aussi. Si l’on retrouve les touches piano qui signent les intérieurs Peugeot, celles-ci sont ici prolongées par des touches tactiles qui sont autant de raccourcis pour les fonctions télématiques et multimédia. Il reste selon nous dommage de ne pas proposer de commandes spécifiques pour le chauffage car, même s’il n’est pas compliqué d’appeler la fonction sur l’écran, il reste bien moins logique d’aller faire plusieurs manipulations pour monter ou descendre la température que de simplement tourner un bouton qui tombe sous les doigts. Il est également possible d’utiliser les commandes vocales pour cela.

À propos d’écran, Peugeot propose deux versions sur le modèle électrique, 7 ou 10 pouces, ce dernier étant au format panoramique proche du 21/9. Placé au-dessus de la console centrale, il est lisiblement orienté vers le conducteur.

Un peu en dessous, on trouve une trappe qui dévoile un chargeur à induction pour smartphone. Mieux, cette trappe fait également office de support pour un second téléphone. Il reste alors bien en place et, surtout, permet d’être manipulé aussi facilement qu’un instrument de bord classique. C’est bien fait mais gare à ne pas baisser le regard en roulant.

Pour charger, sont également disponibles deux prises USB, l’une au format USB-C, l’autre au format USB-A. Cette dernière permet aussi d’utiliser Apple CarPlay, Android Auto ou Mirror Link tandis que, curieusement, la prise USB-C ne le permet pas. Dommage, car les fabricants de smartphones tendent à abandonner les cordons USB-A.

Oui, pour les sensations de conduite

Ne tournons pas autour du pot : la Peugeot e-208 est plus agréable à conduire que sa sœur thermique. Là où cette dernière se montre d’une souplesse qui détonne avec le fameux « toucher de route Peugeot », notamment en pompant un peu trop du train arrière à notre goût, le modèle électrique est parfaitement équilibré. Une raison simple à cela : bien que le pack de batterie ajoute une masse conséquente à l’attelage. Il est réparti en H en deux zones sous les sièges des occupants de la voiture et abaisse ainsi le centre de gravité tout en garantissant une répartition des masses optimale. La voiture est vissée au sol et offre un amortissement quasi parfait.

Et comme les bruits de roulement sont plutôt bien filtrés, on roule dans un confort acoustique plutôt sympa. Étonnamment, nous avons également perçu moins de bruits aérodynamiques sur la e-208 que sur la 208 thermique, mais les conditions de roulage étant différentes nous n’en tirerons pas de conclusion.

Oui, pour sa motorisation électrique

La e-208 est le modèle le plus puissant de la gamme. Avec 136 chevaux, elle surclasse la 208 Puretech 130 ch thermique. Son couple de 260 Nm est évidemment disponible dès 0 km/h et il offre des accélérations ou des reprises très plaisantes.

En revanche, pas de « coup de pied aux fesses » comme sur certains autres modèles électriques, mais s’agissant d’un véhicule à vocation citadine, c’est plutôt cohérent. De plus, cela permet de préserver un peu l’autonomie et de ne pas user stupidement les pneus du train avant.

Oui et non, pour l’instrumentation perfectible

La batterie stocke 50 kWh (46 kWh utiles), ce qui permet à la voiture d’afficher une autonomie théorique de 340 km selon le cycle WLTP. Difficile d’estimer le réalisme de ce chiffre, notre modèle de pré série présentant quelques lacunes logicielles. Durant notre prise en main et en attendant un essai plus conséquent, nous avons pris possession de la voiture avec 300 km d’autonomie affichée. Nous avons ensuite roulé sur environ 80 km sans chercher l’économie (20 kWh/100 de consommation moyenne) sur une route sans vrai relief et sans possibilité de régénérer en marquant plusieurs arrêts, comme c’est le cas lorsque l’on conduit en ville. Nous avons rendu la e-208 avec 150 km d’autonomie affichée. Pour disposer d’une autonomie de 340 km, il faudrait pouvoir tenir une consommation moyenne de 13,5 kWh/100, ce qui doit relever du possible sur une auto de ce gabarit.

Par ailleurs, le sélecteur de marche dispose d’un mode régénératif (B) qui semble efficace, mais là encore, difficile de jauger sa puissance. En effet, l’afficheur d’autonomie ne renvoie que des chiffres arrondis à la dizaine. Autrement dit, vous ne savez jamais combien vous régénérez. Dommage, car c’est l’un des équipements les plus utiles sur un véhicule électrique.

Oui pour les ADAS

La Peugeot 208 met le paquet sur les ADAS (aides à la conduite), avec notamment un régulateur de vitesse adaptatif avec aide au maintien dans la voie de circulation plutôt efficace. La marque ose le vocable « premier pas vers le véhicule autonome », ce qui nous parait tout de même encore très prématuré. Néanmoins, le dispositif (une première sur une citadine) fonctionne et rappelle à l’ordre assez franchement ‑ mais sans que cela ne soit choquant ‑ en cas de dérive prolongée ou de franchissement sauvage de ligne. La voiture dispose également d’un assistant au parking qui sait la garer en bataille ou en épi, conducteur à bord.

En revanche, sans smartphone point de salut. De nombreuses fonctions avancées, comme la programmation d’itinéraire en tenant compte des possibilités de recharger, ne se font qu’à travers les applications mobiles de Peugeot. Quant à l’affichage de la zone d’autonomie sur la carte du GPS, il relève de la blague (un simple cercle tracé autour du point zéro), incapable de prendre en compte le relief des routes rencontrées. Mieux vaut ne pas s’y fier pour le moment.

Non, pour l’espace à bord

S’il n’y a pas de différence d’habitabilité ou de volume de chargement entre 208 et e-208, il ne s’agit pas pour autant d’une berline familiale. On est bien à l’avant, plus serré derrière dès que l’on atteint la taille adulte. La version électrique étant en plus limitée en autonomie, c’est une voiture qu’il faut envisager en second véhicule avant tout. Elle ira pour les trajets de la semaine, un peu moins pour partir en week-end à la campagne avec famille et bagage.

Non, pour son prix

L’accès à la gamme électrique se situe à 32 100 euros en version Active pour finir à 37 150 euros en finition GT, cette dernière étant exclusive à la motorisation électrique. C’est objectivement cher, surtout à l’heure où la concurrence fourbit ses armes. Volkswagen, qui lance l’ID3 brade en ce moment sa e-Golf, tandis que la cousine germaine Opel Corsa-e ne va pas tarder à entrer en concession. Et, bien sûr, la Zoé est bien installée et n’entend certainement pas rendre les armes. Toujours est-il que la Peugeot a pour elle un style bien marqué, lequel a de quoi séduire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Alderic De Vir, 15/10/2019 - 15:02

    sur la partie ADAS : "Néanmoins, le dispositif (une première sur une citadine)"
    Faux, la Clio 5 le propose aussi, et pas que en électrique. Ce qui le rend bien plus intéressant, car se type de dispositif est surtout fait pour l'autoroute et les longues distances.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • Alexandre, 15/10/2019 - 15:56

      @Alderic De Vir - "sur la par..."
      ---
      Bonjour,
      la Clio possède en effet une assistance au maintien au centre de la voie. La 208 permet de définir la position dans la voie, qu'elle soit à gauche, à droite ou au centre, au choix du conducteur.

    • Alexandre, 15/10/2019 - 16:01

      @Jean Lobstein - "Publi-Post..."
      ---
      Le point d'interrogation vous sauve.
      Cordialement

  • , 10/10/2019 - 21:32

    elle est moche , MOI QUI ROULE SUR AUDI dégouté de voir Peugeot copier sur AUDI pour mettre UN 2 ème GPS dans le tableau de bord , pas de personnalité Peugeot naze .......

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • 4vents1, 18/10/2019 - 15:07

      @ - "elle est m..."
      ---Osez dire que la nouvelle 208 est moche quand on roule en Audi ??? Au contraire elle a un style bien à elle et une "gueule" que l'ancienne 208 n'avait pas. PSA avec Peugeot et Citroën se démarque de plus en plus et propose vraiment des voitures belles et originales. En tout cas c'est mon avis, alors changer votre Allemande et osez rouler dans une belle voiture française.

    • Elessar777, 16/10/2019 - 11:57

      @ - "elle est m..."
      ---

      c'toi le moche :D

    • Bouvman, 15/10/2019 - 16:10

      Tous les constructeurs le font désormais. Et elle est belle, désolé.

  • Zek, 10/10/2019 - 15:28

    il va etre dur de choisir entre 208 zoé et corsa ,les 3 sont dans des gabarits proches et prix/autonomie aussi .
    à noter le 100kW pour la recharge, il faudra tester, car généralement on ne reste pas longtemps en vitesse maxi .
    la batterie est un poil plus petite que la zoé2 , d ailleurs Peugeot triche un peu en parlant de 50kWh ,c est la capa totale , alors que les 52 de la Zoé c est la capa réélement utilisable ... ( c est un peu comme l histoire des tailles de disque dur :p ) quand on le sais c est bon mais cela embrouille le client ( et je ne parle pas de Bmw qui parle en Ah avec des chiffre plus gros )
    le bon point c est la batterie refroidie par liquide , par de risque de surchauffe lors des multiples recharges sur les grands trajets ( une pensée pour la leaf ... )

    par contre rien n est dit sur son test euro ncap ( que 4 étoiles ... anormal ) , ou est elle fabriquée ? auront nous des bornes de recharges rapides dans les concession Peugeot ? , il me semble que la greenup est offerte avec la e208, mais le chargeur, c est un 10A ou 14A ? quid du triphasé, le 11kW en option ? ( avantage Zoé )

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • Alexandre, 10/10/2019 - 15:54

      @Zek - "il va etre..."
      ---
      Les résultats EuroNCAP ont été publiés après la rédaction de ce test. Il est donc "normal" qu'il n'en soit pas fait mention. Cela étant, il est assez rare d'en entendre parler lors des tests, à moins que la voiture soit totalement hors sujet.

  • , 10/10/2019 - 12:19

    95% des trajets de l'année sont ceux du quotidien. 29km/jour est la moyenne des trajets journaliers en France. Avec plus de 300km disponibles, on peux ne recharger qu'une à deux fois par semaine.
    Avec 100kW de recharge sur les bornes Ionity, on peut faire Metz-Paris avec un arrêt recharge de 17 minutes à Reims. Juste le temps de boire un café et passer aux toilettes. Avec le bonus, le premier prix est à 26.100€.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

  • , 09/10/2019 - 17:26

    Je crois, qu'en dépit du plaisir que procure la conduite avec un véhicule à moteur thermique, que nous devrons nous y faire et que cela ne sera pas forcément désagréable ! Quant au prix, il devrait se situer en 25 et 30 mille euros pour toucher la grande clientèle....

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié