Essai Tesla Model 3 : que vaut la plus petite des Tesla ?

Attendue par certains depuis mars 2016, la Tesla Model 3 arrive enfin. Cette berline électriques 4 portes de 4,69 m vise le cœur du marché Européen. Nous avons testé le modèle haut de gamme Performance qui ose affronter les versions sportives des BMW Série 3, Audi A4 et Mercedes Classe C.

par Maxime Fontanier 05 Fév 2019 17:52

9/10
Le choix Tom's Drive

Tesla Model 3 Performance

La foudre s'abat sur l'Europe

66 900€  Tesla
On aime
  • Accélérations et reprises tétanisantes
  • Confort de suspensions
  • Tenue de route fantastique avec 4 roues motrices
  • Silence de fonctionnement
  • Autonomie élevée
  • Réseau de recharge très dense
  • Habitacle spacieux et fonctionnel
  • Deux coffres
  • Coût d'entretien réduit
On n'aime pas
  • Pas de hayon
  • Tarif encore trop élevé
  • Garde au sol basse
  • Pas d'Apple car play ni d'Android auto.
  • Pas de lecteur de panneau de signalisation
  • Autopilot en option
Verdict

Hormis un hayon et un écran tactile plus grand, la Tesla Model 3 n’a pas grand-chose à envier à la Model S. Dans sa version Performance aux accélérations foudroyantes, la petite Tesla se révèle même plus agile que sa grande sœur sans être beaucoup moins confortable. Mais le prix de ce modèle haut de gamme Performance la destine toujours à une clientèle aisée. Il faudra attendre encore deux ans pour disposer du modèle d’entrée de gamme attendue à partir de 40 000 euros. Tesla visera alors vraiment le cœur du marché Européen.

Moteurs avant/arrière Electrique synchrone / électrique à induction
Puissance cumulée 340 Kw (456 ch)
Couple 639 Nm
0-100 km/h 3,5 s
Vitesse maxi 250 km/h
Poids 1 847 kg
Autonomie réelle autoroute/ville 400/500 km
Capacité des batteries 75 kWh
Fiche technique

Raillée lors de son lancement en 2012, la Tesla Model S figure désormais comme la référence des grandes routières électriques de prestige sur de nombreux marchés, et notamment en Allemagne. Une humiliation qui a conduit les seigneurs de l’industrie germanique à investir massivement dans les motorisations électriques. Mais Tesla a pris une longueur d’avance en développant un grand SUV 7 places, le Model X, et maintenant une berline familiale de taille moyenne baptisée Model 3.

Cette dernière se décline avec trois sortes de batteries (50, 60 ou 75 kWh*) et peut abriter un ou deux moteurs. Faute de disposer d’une capacité de production suffisante pour répondre à la forte demande, le constructeur californien commence par fabriquer les versions haut de gamme sportives dites Performance, dont la double motorisation développe plus de 450 ch et 639 Nm. Par Toutatis !

6 raisons de craquer (ou pas) pour la Tesla Model 3 Performance.

Oui pour ses performances et son adhérence incroyables

A l’instar de la Tesla Model S, la Model 3 intègre ses batteries dans le plancher et ses moteurs électriques entre les roues. Une architecture que l’on retrouve sur toutes les nouvelles voitures électriques et qui offre l’avantage de rabaisser au mieux le centre de gravité pour offrir un excellent équilibre. Ainsi malgré ses 1 847 kg, la Tesla Model 3 vire à plat, ne plonge pas au freinage et se montre plus réactive qu’une Model S (pouvant atteindre 2 195 kg tout équipée).

Lors de notre essai sur route humide et parfois même gelée, la Model 3 semblait avoir autant d’adhérence que sur le sec. Les quatre roues motrices gérées indépendamment assurent une adhérence et une motricité inégalée. A chaque sortie de virage, la Model 3 vous catapulte sans jamais faire patiner ses excellents pneus Michelin Pilot Sport 4. La gestion parfaite des 639 Nm de couple permet de rivaliser avec la dernière Porsche 911 Carrera S au démarrage tout en offrant de meilleures relances entre 90 et 130 km/h. De quoi transformer les barrières de péage et les dépassements de camion en manège à sensation.

Pour garantir de puissantes décélérations, le freinage régénératif réglable sur deux modes apporte un soutien précieux aux gros étriers avant à quatre pistons (spécifiques à cette version Performance) . Les plus joueurs pourront toujours opter pour le mode circuit (réservé à la piste) qui accentue la mobilité du train arrière et limite les interventions sur les freins afin d’effectuer des dérapages.

Voici l'une des toutes premières Tesla Model 3 immatriculées pour l'Europe aux Pays Bas. Tesla dispose d'une usine d'assemblage (mais pas de fabrication) à Tilburg.
Voici l'une des toutes premières Tesla Model 3 immatriculées pour l'Europe aux Pays Bas. Tesla dispose d'une usine d'assemblage (mais pas de fabrication) à Tilburg.

Oui pour l’excellent rapport encombrement/habitabilité

L’architecture spécifique de la Model 3 permet de dégager bien plus d’espace à bord que les berlines 4 portes thermiques du même gabarit (4,69 m). Dépourvue de tunnel de transmission, l’américaine accueille convenablement trois adultes de taille moyenne sur sa banquette arrière chauffante où l’espace aux jambes se montre aussi généreux que dans une Model S. Plus large de 10 cm que la nouvelle BMW Série 3, la Tesla Model 3 offre plus d’aisance aux coudes. La garde au toit profite du toit vitré pour rester correcte malgré l’inclinaison prononcée des montants arrière.

A la différence de la Model S à 5 portes, la Model 3 est une berline 4 portes qui ne possède donc pas de hayon. Sa malle s’ouvre assez largement mais l’accès reste moins pratique pour caser de gros objets. La soute de la Model 3 est cependant très profonde et bien creusée en largeur derrière les roues, et il est possible de rabattre les dossiers de banquette en deux parties. A cela s’ajoute un grand double fond et un deuxième coffre d’une quarantaine de litre à l’avant. A bord, les rangements abondent avec des bacs de contre-portes assez spacieux, des poches aumônières et une grande boîte à gants. La partie centrale entre les assises avant comprend deux docks pour smartphones et l’accoudoir cache une trappe très profonde. Bref, cette Tesla Model 3 est une familiale accomplie.

Le coffre est assez profond avec une banquette rabattable et des parties bien creusée derrière les passages de roues pour loger une poussette en travers. S'ajoute un double fond et un deuxième petit coffre à l'avant.
Le coffre est assez profond avec une banquette rabattable et des parties bien creusée derrière les passages de roues pour loger une poussette en travers. S'ajoute un double fond et un deuxième petit coffre à l'avant.

Oui pour son réseau de recharge très étendu

Tesla est le seul constructeur au monde à disposer d’un vaste réseau de recharge ultra rapide qui couvre la Chine, le Japon, l’Australie, la nouvelle Zélande, les États-Unis et l’Europe. Grâce à sa situation au cœur du vieux continent, la France est particulièrement bien dotée et permet de rallier les principales villes du pays sans la moindre appréhension. Un Supercharger de 120 kW permet de récupérer 80 % d’autonomie en 30 mn. Une petite pause de 15 mn peut donc suffire pour gagner 200 km d’autonomie. Pas besoin de rester 5 mn debout à tenir le pistolet dans le froid, de chercher sa carte bleue ou de faire la queue pour payer. Il suffit de brancher le câble, se reposer et le débrancher quand l’application vous indique que vous avez assez d’énergie pour continuer votre trajet (planifié dans le GPS).

Et à 0,24 € le kW, un plein sur la Model 3 coûte au maximum 17 € contre 60 € si l’on doit remplir un réservoir d’essence. Le paiement s’effectue automatiquement via votre smartphone comme pour une course en VTC. Bien plus efficace et fiable que les calamiteuses cartes magnétiques des bornes publiques. Grâce à un partenariat proposé aux hôtels et restaurants, le réseau Tesla compte aussi des milliers de points de « Recharge à destination » permettant de faire le plein gratuitement en une nuit. Dans sa version Européenne, la Model 3 reçoit une prise de branchement de type CCS compatible avec le réseau Européen Ionity. Comparer la carte du réseau Ionity avec celle des Tesla Supercharger donne un aperçu de l’avance prise par la marque californienne.

L'espace aux jambes à l'arrière de la Model 3 est presque similaire à celui de la grande Model S.
L'espace aux jambes à l'arrière de la Model 3 est presque similaire à celui de la grande Model S.

Oui pour son ensemble multimédia intuitif et connecté

A part l’ouverture des portes et le réglage des sièges électriques, toutes les commandes de la Model 3 sont regroupées sur l’écran tactile de 15 pouces trônant au centre de la planche de bord. Éclairage, vitesse des essuie-glaces, et ventilation se règlent d’un simple glissement de doigt tandis que les rétroviseurs s’ajustent avec les deux billes sur les branches du volant. Génial ! Il faut toutefois prier pour que cette tablette numérique contrôlant toutes les fonctions ne connaisse pas de problème d’affichage. Les graphismes sont sublimes et l’organisation des menus intuitive. Il est possible de naviguer sur internet mais pas de visionner des vidéos même à l’arrêt pendant qu’on recharge par exemple. Dommage.

La dalle tactile très réactive reste lisible en plein soleil, mais les touches des fonctions de conduite comme le réglage de la direction assistée ou du frein moteur mériteraient d’être plus larges pour les percevoir plus facilement sans tourner la tête. Doté d’une connexion 4G, la Tesla Model S est connectée en permanence pour recevoir des mises à jour régulières. La dernière évolution du logiciel d’exploitation V9 exploite les 8 caméras intégrées pour scruter l’environnement périphérique. Le logiciel fait la différence entre les véhicules (moto, camion, voiture) et les représente sur l’instrumentation. L’équipement de série intègre l’alerte de franchissement de ligne et le freinage automatique d’urgence.

La planche de bord ultra épurée ne compte aucun bouton. Tout passe par la tablette tactile de 15 pouces en espérant qu'elle soit d'une fiabilité absolue.
La planche de bord ultra épurée ne compte aucun bouton. Tout passe par la tablette tactile de 15 pouces en espérant qu'elle soit d'une fiabilité absolue.

Il faudra cependant ajouter 5 300 euros pour disposer du régulateur de vitesse actif avec changement de trajectoire et ainsi exploiter la fonction Autopilot. Une appellation un peu galvaudée car cela demeure une assistance à la conduite qui ne peut pas encore être totalement autonome pour des raisons techniques et juridiques. A l’instar de la Model S, la Model 3 ne lit pas non plus les panneaux de limitation de vitesse et se base sur les données de cartographie, au risque d’oublier les zones de travaux. La caméra frontale peut cependant faire office de Dashcam pour filmer la route et enregistrer 10 mn de vidéo (en 480p) sur une clef USB.

Oui pour son confort de très haut vol

La Tesla Model 3 ne possède pas d’un système d’amortissement pneumatique comme la Model S, ni même de suspensions pilotées comme sur ses rivales germaniques. L’américaine s’en tient donc à des combinés ressorts/amortisseurs classiques mais diablement efficaces. Malgré une garde au sol basse (pour optimiser l’aérodynamique) et des jantes de 20 pouces chaussées de pneus sportifs, la berline absorbe avec brio les petits chocs à faible allure et gomme totalement les raccords autoroutiers. Il faut juste se méfier des méchants ralentisseurs car les débattements restent limités.

Grâce à son centre de gravité très bas, la Model 3 subit peu de mouvements de caisse et ne vous secoue jamais. L’insonorisation ne mérite que des éloges. Les moteurs électriques se font oublier et les passages de roues bien calfeutrés taisent le travail des pneus Michelin. Reste les sifflements aérodynamiques qui n’ont rien d’envahissant et qui peuvent facilement être couvert par l’excellent système audio. Durant notre essai d’une demi-journée sur un modèle d’essai à la finition soignée, nous n’avons pas perçu le moindre bruit de mobilier même sur chaussée dégradée.

Grâce à l'intégration des moteurs dans les essieu et de la batterie sous le plancher, la Tesla Model 3 offre deux coffres.
Grâce à l'intégration des moteurs dans les essieu et de la batterie sous le plancher, la Tesla Model 3 offre deux coffres.

Non pour son coût encore trop élevé dans son segment

Avec une seule usine située à Fremont en Californie, Tesla peine à produire toutes les Model 3 vendues. Rappelons que lors de l’ouverture des réservations en mars 2017, la marque a enregistré près de 500 000 précommandes. Du jamais vue dans l’histoire de l’Automobile ! Face à cette très forte demande, le constructeur privilégie d’abord les versions les plus huppées à savoir les Model 3 Dual Motor équipée de la plus grosse batterie (de 75 kWh).

Ce modèle est accessible à partir de 53 500 euros (bonus écologique de 6000 euros inclus) dans sa version « Grande autonomie » revendiquant 530 km et un 0 à 100 km/h en 4,8 s. La version Performance que nous avons essayée est donnée pour 530 km avec un 0-100 km/h en 3,5 s. Son prix est de 64 300 euros (bonus inclus). Mais la gamme Model 3 comprend aussi une déclinaison « Moyenne Autonomie » avec une batterie d’environ 60 kWh*, et une version « standard » qui devrait osciller dans les 50 kWh*. Cette dernière n’est pas encore sur les chaînes mais devrait être accessible à moins de 40 000 euros en Europe.

Dans sa version Performance, la Tesla Model 3 repose sur des jantes de 20 pouces chaussées d'excellents pneus Michelin Pilot Sport 4.
Dans sa version Performance, la Tesla Model 3 repose sur des jantes de 20 pouces chaussées d'excellents pneus Michelin Pilot Sport 4.

En attendant l’arrivée de ces modèles de base plus en phase avec le pouvoir d’achat moyen en France, la Model 3 reste confinée dans le segment des berlines 4 portes sportives de type BMW 340i, Mercedes Classe C 43 AMG ou Audi S4. Ceux pour qui la sportivité n’est pas fondamentale auront sans doute intérêt à se tourner vers une Model S d’occasion. A titre d’exemple, une Tesla Model S P85D de 2015 avec moins de 24 000 km est proposée sur le site Français du constructeur à 72 100 euros (hors négociation et avec TVA récupérable). Comme toutes les Tesla produites avant le premier janvier 2017, cette « ancienne » Model S profite toujours d’une garantie sur sa batterie, et offre l’immense avantage d’offrir la recharge gratuite à vie sur les Supercharger.

*Tesla refusant de communiquer sur la puissance et la capacité de ses batteries, nous avons repris les données de la page Wikipedia américaine qui se base sur les chiffres de l’agence de l’environnement américaine EPA.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Wirmish, 07/02/2019 - 23:08

    "Il faudra attendre encore deux ans pour disposer du modèle d’entrée de gamme attendue à partir de 40 000 euros."

    Mais c'est quoi ce délire? La Tesla Model 3 de base (qui coûtera sûrement moins de 40 000€) sera disponible à la fin de l'année.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

  • , 06/02/2019 - 23:09

    Le prix me paraît tout à fait en adéquation avec les performances. Une voiture de sport cinq places ayant les performances d’une Porsche Carrera ça vaut tout à fait 70 000 €.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

  • Christophe, 06/02/2019 - 19:32

    Le hayon on s’en fiche....
    Le prix, bah etant possesseur d’une 335, cette Tesla performance n’est pas cher si on la compare avec une RS4 ou une M3. C’est même une affaire car son cout energetique sera 4 ou 5 fois moins eleve et sans entretient (hors consommable). Les freins dureront egalement au moins deux fois plus longtemps grace au freinage du moteur electrique en mode alternateur.
    Autopilot en option.... et ? Je prefere le catalogue d’options Tesla (tres limité finalement) que celui interminable (même après avoir coché tous les packs !) des allemandes non ? Donc pourquoi reprocher une option ? Il faut alors mettre ce defaut sur toutes les voitures que vous testerez...
    Linfoentaiertainment est tellement en avance que votre remarque est oresque stupide. Vous n’avez pas compris la philosophie de la voiture . Pas besoin du calamiteux carplay (je parle en connaissance de cause) et je ne parle même pas d’android auto...

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • Xinnony, 13/02/2019 - 09:17

      @Christophe - "Le hayon o..."
      ---tout a fait d’accord avec toi !

  • wazarf, 06/02/2019 - 15:45

    Bon test par contre, c'est un peu nimp de lire ce genre de choses : "les calamiteuses cartes magnétiques des bornes publiques." => vous savez qu'il y a encore des gens qui préfère payer à une borne avec une CB ou à un guichet avec une vraie personne plutôt qu'avec leur smartphone ?
    Donc non les borne automatique avec CB ne sont pas "calamiteuses", au mieux légèrement obsolète.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

A lire aussi