Essai Jaguar I-Pace : on testé le tout premier SUV 100% électrique de Jaguar

Tous les constructeurs premium se lancent dans une nouvelle course : celle des SUV entièrement électriques. À la surprise générale, Jaguar tire en premier avant Audi, Mercedes, BMW ou Volvo. Pionnier du genre, le I-Pace possède-t-il de quoi affronter sereinement ses futurs concurrents et le grand Model X de Tesla ? Notre verdict.

par Cedric Pinatel 11 Oct 2018 10:00

7.5/10

I-Pace

Pionnier d'une nouvelle race

78 380€  Jaguar
On aime
  • Le style maitrisé
  • Les performances
  • Le confort d'utilisation
On n'aime pas
  • L'autonomie qui fait vite peur en conduite sportive
  • Pas de recharge rapide possible pour le moment
Verdict

Jaguar réalise assurément un joli coup avec le I-Pace. Non seulement le SUV électrique arrive avant tous ses futurs concurrents de chez Audi, BMW et Mercedes, mais ces derniers présentent sur le papier des performances similaires ou moins bonnes. Malgré son tarif de base élevé (78 380€), le Jaguar I-Pace coûte aussi moins cher que le seul SUV entièrement électrique actuellement disponible sur le marché, la Tesla Model X qui se négocie à partir de 96 700€. Seule son incompatibilité avec les réseaux de recharge rapide posera problème à ceux qui envisagent de longs trajets avec leur SUV électrique : en attendant que l’Anglais reçoive une batterie de meilleure capacité, il faudra prévoir de très longs arrêts sur le chemin.

MoteurElectrique (1 à l'avant, 1 à l'arrière)
Puissance400 ch
0 à 100 km/h4,5 secondes
Consommation moyenne30 kWh
Fiche technique

Faut-il craquer (ou pas) pour le Jaguar I-Pace ?

Oui, pour son style bien amené

Il suffit d’observer le paysage automobile actuel pour constater que dessiner un joli SUV constitue un défi assez difficile à relever. Surtout s’il faut absolument souligner sa spécificité électrique avec des éléments de style spéciaux. Seul SUV entièrement électrique actuellement présent sur le marché, le grand Tesla Model X ne peut pas vraiment se prévaloir d’un physique gracieux, même s’il sait faire le beau avec ses impressionnantes portes papillon arrière.

Un peu moins gros (car incapable d’accueillir sept passagers contrairement au SUV de Tesla), le Jaguar I-Pace parvient en tout cas à afficher des lignes intéressantes et des proportions tout sauf indigestes. Malgré quelques faux airs de monospace sous certains angles, l’engin semble capable de séduire ses observateurs. Comme tous ses (futurs) concurrents, il ne cherche pas vraiment à ressembler à un vrai tout-terrain. Avec sa garde au sol limitée, il ne s’éloignera pas trop des sentiers battus.

Audi e-tron : l’anti Tesla Model X

Oui, pour l’ambiance intérieure

Alors que le Tesla Model X se contente d’un gigantesque écran central rassemblant quasiment toutes les commandes de bord, l’habitacle du I-Pace se veut plus classique mais fait lui aussi la part belle aux écrans numériques, au nombre de trois. L’architecture électronique intérieure reste la même que sur les autres nouveautés récentes du groupe Jaguar-Land Rover, avec une interface tactile soignée bien qu’un peu moins intuitive et efficace que chez la référence du genre (Audi).

L’ambiance générale tend vers la sportivité avec une planche de bord très inclinée, et la finition ne déçoit pas trop, même s’il faudra tout de même composer avec certaines pièces à l’assemblage léger. Côté places arrière, les passagers se plaindront seulement d’un plancher un peu haut en raison de la présence des batteries sous leurs pieds. Quant au coffre, il se montre un peu plus généreux que sur une grosse berline du genre de la Mercedes Classe E. Sur le plan de la praticité, le I-Pace ne posera donc aucun problème particulier sans pouvoir égaler l’habitabilité impressionnante du Tesla Model X.

Oui, pour l’extraordinaire confort d’utilisation

L’avantage d’une automobile électrique par rapport à un modèle thermique se ressent dès le moment où vous parcourez le tout premier mètre. Le I-Pace ne déroge pas à cette règle, avec un silence de fonctionnement et une facilité d’utilisation époustouflants en conditions urbaines. Si vous laissez les paramètres en mode confort, rouler en I-Pace constitue une expérience extrêmement relaxante. D’autant plus que l’amortissement piloté atténue très correctement les grosses irrégularités du tarmac.

Les accélérations se font en douceur, et vous n’aurez même pas besoin de freiner si vous utilisez le mode de récupération d’énergie le plus généreux (il y en a 2) qui n’est pas sans rappeler l’E-pedal de la Nissan Leaf. Dans ce cas, il suffit généralement de relever son pied de l’accélérateur pour faire freiner le véhicule, notamment en arrivant à un feu rouge. Evidemment, le I-Pace révèle une autre facette de sa particularité électrique si vous vous montrez plus gourmand avec la pédale de droite.

Oui, pour ses performances

Sous le capot avant et sur le train arrière, le I-Pace cache deux moteurs électriques qui développent une puissance totale de 400 chevaux. Mais ces chevaux électriques ne se comportent jamais comme ceux d’une auto classique à moteur thermique : ici, les 400 chevaux déboulent dès le moment où vous appuyez fort sur l’accélérateur, sans aucun délai. Alors, malgré le poids pachydermique digne d’une grosse limousine (2 133 kilos sur la balance), le I-Pace se propulse vers l’avant avec une vigueur digne d’une vraie voiture de sport.

Sans pouvoir atteindre la violence extraordinaire des Tesla les plus puissantes (les variantes P100D), le Jaguar laissera sur place la quasi-totalité des automobiles du marché au feu vert. Ces accélérations généreuses deviennent d’ailleurs vite addictives, surtout que l’engin offre par ailleurs un comportement dynamique volontiers sportif dès que la route se met à tourner. Ce qui nous amène au principal problème du I-Pace…

Non, pour l’autonomie qui peut vite manquer

Le I-Pace embarque un peu plus de 600 kilos de batteries lithium-ion liquides (90 kWh), disposées sous le plancher et conçues avec l’aide de l’écurie de Formule 1 Williams. Mais ce généreux stock de batteries ne fait pas de miracles. Jaguar annonce bien une autonomie maximale de 480 kilomètres, mais en réalité il sera difficile d’atteindre les 400 kilomètres dans la vraie vie même en se montrant raisonnable avec l’accélérateur.

Pire encore, si vous usez de ses formidables capacités d’accélération, cette autonomie descendra avec une vitesse vertigineuse. Lors de notre essai sur les routes d’Allemagne, où nous avons souvent roulé en mode Sport et puisé généreusement dans les performances du I-Pace, l’ordinateur de bord n’affichait plus que 80 kilomètres d’autonomie restante après 100 kilomètres avalés à allure enjouée !

Non, pour les recharges rapides compliquées

Comme toutes les voitures électriques du marché (ou presque), le I-Pace peut se brancher sur une prise classique (220V) à condition de vous montrer patient : il faudra compter sur près de 40 heures pour recharger à fond ses batteries. Les clients du SUV électrique pourront également installer une wallbox à leur domicile, moyennant un peu plus de 1000€. Dans ce cas, le temps de recharge total passe en-dessous des 15 heures.

En revanche, l’engin ne peut pas se brancher sur les nouveaux dispositifs de recharge ultra-rapides du réseau européen Ionity pour l’instant. Pourtant ce dernier prévoit de quadriller l’ensemble du continent d’ici 2020 et d’autoriser des recharges à 80% en seulement 30 minutes. Les clients du I-Pace n’auront pas la possibilité non plus d’utiliser les Superchargers du réseau Tesla, permettant eux aussi de recharger à 80% en une grosse demi-heure.

Qu’on se rassure, le I-Pace pourrait devenir compatible prochainement avec le réseau Ionity, mais il faudra attendre pour cela une mise à jour technique du véhicule. En attendant, Jaguar propose la location d’un Jaguar F-Pace diesel pendant 8 semaines par an (moyennant 150€ par mois), pour ceux qui voudraient partir dans de longs road-trips sans pouvoir le faire avec leur I-Pace. À noter que le tout nouvel Audi E-Tron, lui, possède une batterie ayant une capacité de 150 kWh lui permettant déjà d’accéder à la recharge rapide. La future berline électrique de Porsche, qui doit arriver l’année prochaine, pourrait même se recharger à 80% en 15 minutes grâce à un réseau spécial mis en place par le constructeur allemand.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.