Elon Musk encore dans le viseur du gendarme de la bourse américaine

Le fondateur de Tesla, Elon Musk, a répondu à la SEC, la Securities and Exchange Commission, l’un des principaux régulateurs financiers américains, affirmant que son système de surveillance était «défaillant».

par Olivier Grouse 28 Fév 2019 17:17

Suite aux conclusions de l’enquête de la SEC sur le fameux tweet du 7 août 2018 «J’envisage de capitaliser Tesla en privé à 420 dollars. Le financement est garanti », Elon Musk avait été remplacé à la présidence du conseil d’administration de Tesla. Il avait aussi promis qu’il ne ferait aucune déclaration publique sur les performances financières de Tesla sans un accord préalable avec la société.

Elon Musk aura tenu parole jusqu’au 26 février 2019. Il a publié une photo aérienne de milliers de nouvelles voitures Tesla. Il a ensuite précisé qu’il s’attendait à ce que l’entreprise fabrique 500 000 voitures en 2019. La SEC a tout de suite réagi et a demandé aux tribunaux de le condamner pour avoir violé un règlement visant à limiter ses propos dans les médias sociaux. Le juge a donné à Elon Musk jusqu’au 11 mars pour répondre officiellement.

Elon Musk a déjà fait valoir que le tweet incriminé, une prévision du taux de production de l’entreprise de voitures électriques, reproduisait les commentaires qu’il avait déjà faits lors d’un appel avec des analystes financiers: «La SEC a oublié de lire le compte rendu des résultats de Tesla, qui indique clairement entre 350 000 et 500 000 voitures. Comme c’est embarrassant … » Avant d’ajouter: «Quelque chose ne fonctionne pas avec la supervision de la SEC»

Egalement dans l’actualité de la marque, une annonce est attendue pour ce soir 23h. A suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.