Coyote NAV+ : faut-il craquer pour ce GPS autonome français ?

Coyote s’est fait connaître pour son application et ses appareils essentiellement dévolus à avertir les conducteurs de l’approche de dangers… comme les radars. Pour cela, le service français peut compter sur son immense communauté d’utilisateurs qui signalent les évènements. Aujourd’hui la marque s’associe à Here pour développer une solution encore plus complète capable de vous guider sur toutes les routes d’Europe. Voici donc le NAV+, un GPS autonome original.

par Emmanuel Armanet 15 Oct 2018 10:00

7/10

Coyote Nav +

Le mieux renseigné

349€  Coyote
On aime
  • Le meilleur des systèmes d’alerte
  • Affichage des trajets et des points dangereux
  • Création d’alertes simplissime
  • Vue 3D des bâtiments bluffante
  • Interface réactive
  • Bel écran
On n'aime pas
  • Le prix élevé et le système d’abonnement
  • Interface très roots
  • Absence de commandes vocales
  • Trajets proposés parfois étranges
Verdict

À l’heure où la plupart des véhicules modernes intègrent un GPS, les GPS autonomes poursuivent pourtant leur carrière. Ils intéressent bien entendu prioritairement les possesseurs de véhicules anciens, mais ils parviennent également à tirer leur épingle du jeu en apportant des services supplémentaires. Et c’est bien le cas du Nav+ qui avertit grâce à une communauté bien développée ses utilisateurs des dangers présents sur leur route, bien au-delà des radars. Sur ce plan, le contrat est parfaitement rempli grâce à la connexion à Internet. Les mises à jour sont plus aussi plus fréquentes que sur les systèmes embarqués et gratuites. Ce GPS Coyote est donc globalement réussi et joue de toute évidence la carte de l’efficacité. Le plus grand bémol viendra certainement de son prix plutôt élevé qui outre le prix de l’appareil intègre un abonnement mensuel de 12 €.

Ecran 5,5 pouces
Dimensions 149 x 78 x 21 mm
Poids 222 g
Autonomie 1 h
Cartographie Europe
Fiche technique

Oui, pour son support magnétique bien pensé

Premier élément primordial, le support vient se fixer au pare-brise par une puissante ventouse qui assure une tenue parfaite, y compris sur les revêtements détériorés que nous avons rencontrés au cours des 1200 kilomètres parcourus avec le Nav+. Le GPS se fixe très facilement sur celui-ci grâce à de puissants aimants. L’ensemble s’oriente aisément pour un positionnement parfait.

Coyote fournit sans surprise un adaptateur allume-cigare qui présente deux prises USB. Pratique pour recharger son smartphone tout en utilisant le GPS dont la batterie suffit à peine pour atteindre l’heure de fonctionnement. Seul petit bémol, la prise micro USB du pied du support n’est pas franchement facile à trouver une fois le système en place. Notez qu’une seconde prise USB est implémentée dans le GPS proprement dit. Pratique pour effectuer les mises à jour via Wi-Fi à la maison par exemple.

Oui et non, pour son guidage à la pertinence contrastée

Pour offrir cette fonctionnalité de guidage, Coyote s’appuie sur la cartographie de Here, qui appartient désormais à un consortium essentiellement composé de grands constructeurs automobiles allemands. Les cartes se sont montrées relativement précises et justes grâce à des mises à jour fréquentes. Dans les grandes agglomérations, les bâtiments s’affichent en 3D avec un réalisme saisissant pouvant parfois aider l’automobiliste. En dehors des zones urbaines, les cartes qui s’affichent sur le grand écran Full HD de 5,5 pouces semblent bien ternes, tristouilles…

En revanche, rien à redire au sujet de la représentation réaliste des changements de file : c’est particulièrement pratique. La qualité du guidage est globalement bonne, mais nous nous attendions à mieux lorsqu’il s’agit de tenir compte du trafic. En effet, malgré une connexion permanente à Internet, et donc potentiellement aux données de navigation des autres utilisateurs Coyote, certains des choix réalisés par le Nav+ se sont avérés moins pertinents que ceux de Waze, champion incontesté en la matière. La saisie d’adresse passe par un clavier virtuel. Le système fait des suggestions en temps réel pour éviter à l’utilisateur de rentrer manuellement une adresse longue. Le Nav+ n’intègre pas encore la reconnaissance vocale, mais cette fonction pourrait arriver rapidement par le biais d’une mise à jour.

Les meilleurs GPS Autonomes

Oui, pour ses alertes

La principale richesse de Coyote réside certainement dans sa communauté. Fin 2017, la société annonçait que celle-ci, riche de de plus de 5 millions de membres – des éclaireurs – dans toute l’Europe, avait parcouru plus de 10 milliards de kilomètres sur l’année ! Les alertes arrivent donc en temps réel sur l’écran de navigation avec toujours le même principe : il vous est demandé de confirmer ou non l’événement en question.

Le Nav+ propose par ailleurs un mode Expert qui relègue la navigation au second plan par rapport aux alertes. L’interface s’apparente alors à celle des avertisseurs de la marque. L’utilisateur aura face à lui le nombre d’éclaireurs devant lui, sa vitesse et la limitation de la route empruntée, les évènements signalés sur les 30 prochains kilomètres… Au cours de notre test longue durée, nous avons reçu la mise à jour intégrant la récente limitation à 80 km/h sur les routes autrefois limitées à 90. Cependant, certaines informations se sont avérées inexactes notamment dans le département des Hautes-Alpes que nous avons eu la chance de traverser où les limitations à 70 km/h ont été supprimées. Le signalement d’incidents se fait très simplement par le bouton dévolu à cet effet à l’avant du Nav+.

Oui, pour son interface sobre et réactive

Un GPS doit être simple et efficace afin d’éviter au maximum que le conducteur se déconcentre et s’énerve face à lui. Sur ce plan, rien à redire. Le Coyote Nav+ joue la carte de la simplicité quitte peut-être à parfois frustrer des utilisateurs plus aguerris avides de personnalisations diverses. En quelques minutes, tout le monde s’y retrouve. Le tout est parfaitement servi par un écran de qualité dont la dalle tactile fonctionne parfaitement. Le système réagit tout aussi bien grâce à un hardware parfaitement dimensionné qui fait parler sa puissance lors des recalculs d’itinéraire bien que certains éléments soient alors dépendants de la qualité de la connexion Internet du GPS. Seul le démarrage à froid pourra sembler long pour les plus pressés.

GPS Autonomes : comment bien le choisir

Non, pour des POI étrangement organisés

La plupart des systèmes de navigation proposent un menu spécifique pour les points d’intérêt qui sont alors organisés en catégorie. Généralement, il est possible de choisir un POI situé autour de soi, à destination ou sur le chemin, mais pas ici. Pour son Nav+, Coyote a opté pour une autre solution. Aucun menu spécifique n’est consacré aux POI et pourtant ils sont bien là. Pour y accéder, il suffit de taper le nom d’une catégorie dans la fenêtre de recherche. En tapant par exemple Restaurant, les différents types de restaurants s’afficheront alors. À vous ensuite d’explorer pour faire votre choix. Le GPS de Coyote est par ailleurs peu disert au sujet des POI. Il ne propose pas de numéro de téléphone associé, pratique pourtant pour réserver une table dans un restaurant par exemple, et encore moins d’horaires ou d’indication du jour de fermeture.

Non, pour un tarif élitiste

Si le prix d’achat de 349 € peut sembler raisonnable, disons dans la moyenne haute des GPS autonomes, il faut prendre en compte le fait que l’utilisateur devra en sus s’acquitter d’un abonnement mensuellement de 12 € supplémentaires. Coyote propose également de payer d’un seul coup deux ans d’abonnement au prix de 264 € soit une économie de seulement 24 €.

Cela demeure très cher à nos yeux, ce qui semble donc réserver ce produit aux gros rouleurs. Mais ces derniers n’ont-ils pas souvent des véhicules relativement récents et bien équipés –d’un GPS intégré notamment- ? Ne peuvent-ils pas se contenter de l’application dont l’utilisation ne coûte que 5,99 € par mois et qui intègre elle aussi la navigation ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A lire aussi