Coronavirus : les radars automatiques de Dubaï ne font pas de détails pendant le confinement

Afin de faire respecter les règles de confinement pour ralentir l'épidémie de Covid-19, les radars automatiques de Dubaï sont chargés d’enregistrer et de verbaliser les véhicules en circulation.

par Soufyane Benhammouda 26 Avr 2020 08:00

Face à la pandémie actuelle qui touche la planète, les différentes nations ont placé leur population en confinement pour limiter l’épidémie de Covid-19. Alors que de nombreux représentants des forces de l’ordre sont déployés sur les routes pour s’assurer du bon respect de ces règles, le gouvernement de Dubaï a décidé de mettre à contribution ses radars, qui ne font pas dans la demi-mesure. En effet, ces derniers sont réglés à la vitesse de 0 km/h de sorte que chaque voiture est automatiquement flashée par les dispositifs de contrôle autonome. Les automobilistes réceptionnent alors une amende et il leur incombe la charge de la preuve du caractère impérieux de leur déplacement. Pour ce faire, ils devront fournir une convocation à un rendez-vous important, une ordonnance ou un ticket de caisse, en plus de l’autorisation de sortie. Cette dernière doit être demandée préalablement au gouvernement via une plateforme numérique dédiée à l’image de celle mise en place en France.

Les forces de l'ordres sont aussi déployées sur les routes
Les forces de l'ordres sont aussi déployées sur les routes

Les radars automatiques distinguent les voitures du personnel médical

Toutefois, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne puisque le personnel médical est automatiquement exonéré. Le numéro d’immatriculation étant préalablement enregistré dans une base de données, aucune contravention ne leur est adressée pour leur éviter des justifications administratives. Cette méthode peut paraitre excessive, mais elle est sans nul doute nécessaire face à l’épisode sanitaire qui secoue la planète. Elle permet en revanche de faire respecter efficacement les règles de confinement, en sécurisant certains axes routiers, permettant aux forces de l’ordre de contrôler plus efficacement d’autres voies dénuées de radars.

Rappelons qu’en France, faute de personnel, tous les radars mobiles fixe ou embarqués ont été retirés, laissant seulement les jumelles en service. Une réduction des effectifs photographiques risquée, notamment face à la recrudescence des grands excès de vitesse en période de confinement. Pourtant, le nombre de mort sur les routes est, dans la plus simple des logiques en baisse. Deux constats contradictoires en temps normal, qui devraient, on peut toujours rêver, pousser les autorités à la réflexion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.