Bugatti lance la commercialisation de la Baby II électrique

Bugatti n’est pas tout en fait entré dans le segment des électriques, mais la marque propose néanmoins la Bugatti Baby II électrique

par Soufyane Benhammouda 02 Oct 2020 07:07

Comme tous les constructeurs, Bugatti n’aura d’autre choix que d’adopter à terme une forme d’électrification totale ou partielle. Si cet avenir sera inévitable, il est en revanche beaucoup moins certain que la marque française puisse s’incruster dans le segment du rétrofit. Pourtant, Bugatti se lance dans la pratique avec la Baby II.

Que les puristes soient rassurés, il ne s’agit pas là d’une exceptionnelle Bugatti Type 35 des années 20, qui dépasse allègrement les trois millions d’euros sur le marché de la collection. Cette Bugatti Baby II est une maquette de la pistarde d’il y a presque cent ans, qui est fabriquée en collaboration avec l’entreprise anglaise The Little Car Company.

En revanche, elle reprend très exactement les ligne de la Bugatti Type 35, ou plus communément surnommée Bugatti Baby. En effet, pour célébrer les quatre ans de son fil Roland, Ettore Bugatti, le fondateur de la marque, a décidé de lui offrir cette réplique électrique de la Type 35. Devant la demande des clients, la firme de Molsheim a alors décidé de faire entrer en production la Type 35 entre 1927 et 1935. Preuve que l’électrique n’est finalement pas une histoire inédite chez Bugatti.

À partir de 30 000 euros pour la Bugatti Baby II électrique

Représentant 75 % de la véritable Type 35, cette maquette de Bugatti électrique embarque une batterie de 1,4 kWh et, avec un moteur électrique de 1,34 ch. Ainsi, elle peut atteindre les 20 km/h dans sa version Novice tandis qu’une déclinaison Expert plus puissante avec 5,36 ch pousse la performance à 45 km/h.

Deux autres versions sont aussi proposées au catalogue avec les Vitesse et Pur Sang, des déclinaisons fidèles à la Bugatti Veyron. La première propose une batterie de 2,8 kWh et une Speed Key qui déverrouille les 13,41 ch et les 70 km/h de la voitures (comme sur une Veyron). La Pur Sang embarque la même mécanique, mais adopte une carrosserie en aluminium poli. Il faudra compter près de 30 000 euros pour la version de base. La Vitesse réclame un chèque de 43 500 euros alors que la Pur Sang grimpe à 58 500 euros.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.