Brompton : comment sont fabriqués les vélos électriques pliants made in London ?

Acteur incontournable du monde la mobilité urbaine avec ses célèbres vélos pliants, Brompton nous a conviés une journée sur ses terres londoniennes. Au menu, quelques kilomètres avec le nouveau modèle électrique, une rencontre avec une bonne partie de l’équipe et une visite de l’usine.

par Emmanuel Armanet 29 Avr 2019 10:00

Brompton possède des boutiques présentant l'ensemble de sa gamme, accessoires compris, et qui permettent aux consommateurs de tester les vélos.
Brompton possède des boutiques présentant l'ensemble de sa gamme, accessoires compris, et qui permettent aux consommateurs de tester les vélos.

Créé en 1975 par le visionnaire Andrew Ritchie, Brompton est aujourd’hui une référence dès lors que l’on parle de vélo urbain et plus particulièrement de vélo pliant. En effet, la marque n’entend pas se diversifier, pour l’instant tout du moins, et croit beaucoup au concept de vélo pliant. Les « foldable bikes » comme on dit Outre-Manche.

La gamme possède de nombreuses couleurs sans compter les multiples séries limitées.
La gamme possède de nombreuses couleurs sans compter les multiples séries limitées.

En attendant le test

Une fois arrivés à Londres, nous nous sommes dirigés vers la boutique de la marque pour prendre possession d’un Electric. Une fois les manœuvres de pliage / dépliage expliquées car il faut prendre le coup de main tout en maîtrisant les grands traits du fonctionnement du vélo, et plus particulièrement de son assistance électrique, il est temps de se lancer pour les premiers tours de roues.

Le pliage et le dépliage du vélo réclame un peu de pratique avant que la procédure soit totalement maîtrisée.
Le pliage et le dépliage du vélo réclame un peu de pratique avant que la procédure soit totalement maîtrisée.

Une route qui nous fera passer devant Buckingham Palace. Il n’en faut plus pour nous faire passer en mode touriste. Nous ne vous en dirons pas davantage sur le vélo, car celui-ci fera rapidement l’objet d’un test intégral. L’idée est de rejoindre dans un restaurant de banlieue, à l’issue d’un parcours multimodal, l’équipe de Brompton : designer, chef de produit et Will Buttler-Adams, le CEO de la marque.

Pas de doute, nous sommes à un évènement Brompton comme en atteste le vestiaire du restaurant.
Pas de doute, nous sommes à un évènement Brompton comme en atteste le vestiaire du restaurant.

Une rencontre passionnante

Celui-ci est ravi de rencontrer la presse française, car le marché hexagonal est en forte progression tout comme son homologue espagnol. Le marché anglais demeure le plus important pour Brompton, devant les Pays-Bas et l’Allemagne. D’ailleurs Will Buttler-Adams nous a confirmé ouvrir une boutique à paris, dans le secteur du Marais. Un flagship store montrant toute la gamme ainsi que le vaste rayon des accessoires. Il entend ainsi proposer une autre vision, car les boutiques de cycle classiques sont à ses yeux trop exclusives pour une cible urbaine qui voit le vélo plus comme un moyen de transport que comme une pratique sportive. Le point central de cette stratégie originale est de tenter de faire essayer les vélos de la marque.

Le CEO de Brompton, Will Buttel-Adams, est un personnage passionné et passionnant.
Le CEO de Brompton, Will Buttel-Adams, est un personnage passionné et passionnant.

Le sympathique et charismatique CEO balaie d’une main la concurrence des acteurs du free floating dont Uber qui vient d’investir les rues parisiennes. « Eux, ils sont là pour faire de l’argent, nous, nous souhaitons avoir une dimension sociale ». Nous tentons de le titiller à nouveau avec le phénomène trottinette. Pour Will Buttler-Adams, les trottinettes ont de gros soucis de fiabilités avec des pannes qui peuvent apparaître au bout de deux mois seulement. De plus, elles posent de sérieux problèmes environnementaux avec leur cycle de vie très court, et surtout elles ne procurent pas la moindre activité physique à ses utilisateurs. On vous laissera juger.

Après un bon repas So British, une petite promenade digestive pour rejoindre l'usine Brompton s'impose.
Après un bon repas So British, une petite promenade digestive pour rejoindre l'usine Brompton s'impose.

Brompton a ramené tout son outil de production à Londres, à l’exception d’une petite usine située à Sheffield qui se consacre uniquement à la fabrication du modèle Superlight, car la soudure de son cadre en titane réclame un savoir-faire très particulier. La marque revendique son caractère profondément londonien. Cette localisation permet de conserver les ouvriers de talent et de demeurer au cœur des problématiques liées à la pratique du vélo dans une immense agglomération.

L'Electric entend demeurer facilement manipulable une fois plié car son bloc batterie se transporte séparément.
L'Electric entend demeurer facilement manipulable une fois plié car son bloc batterie se transporte séparément.
Les meilleurs vélos électriques pliants pour la ville

Innovation contre tradition

Le modèle électrique ressemble beaucoup à un Brompton classique. Will Buttler-Adams ne parle pas de tradition, mais de pragmatisme. Pourquoi changer une technologie ancienne si elle fonctionne toujours aussi bien ? C’est le cas par exemple des procédés de soudure des tubes acier utilisés pour fabriquer la plupart des vélos Brompton, des procédés qui ont très peu évolué depuis 40 ans. À ce propos, l’aluminium est certes plus léger, mais il n’est pas assez solide pour résister aux forces induites par la forme particulière du vélo pliant Brompton. Quant au carbone, il lui est principalement reproché de ne pas être assez résistant aux nombreux chocs que subit ce genre de vélos. De plus, la réparation du carbone est très délicate, voire impossible.

Mais la marque n’est pas fermée à l’innovation. La preuve avec l’arrivée du modèle électrique dont le développement aura pris plus de 6 ans, car il y a de nombreuses contraintes supplémentaires sur un vélo pliant. Le premier ennemi a été le poids. Le moteur Bosch par exemple fonctionne très bien selon Will Buttler-Adams, mais il est trop lourd. Nous avons donc développé notre propre moteur avec Williams, un moteur qui vient se placer dans le moyeu de la roue avant. Brompton a décidé de ne pas intégrer d’écran et de concentrer le maximum d’élément dans le bloc batterie : commande de l’éclairage, changement du mode d’assistance…

La batterie proprement dite de 300 Wh pèse 2,9 kg et elle prend place dans un sac à bandoulière. L’idée est de la porter séparément du vélo pour en réduire au maximum le poids lorsqu’il s’agit de le transporter plié en cas de trajet multimodal par exemple. Le vélo pliant est parfait pour la ville, il représente ainsi 20 % des vélos circulant à Londres. En effet, son utilisation résout immédiatement la question du vol puisque l’on peut amener son Brompton partout avec soi. Le passage à l’électrique était une évidence. Dernier chiffre intéressant : en électrique, on utilise en moyenne son vélo 40 % de plus !

Nous voilà devant l'usine Brompton dans la banlieue ouest de Londres.
Nous voilà devant l'usine Brompton dans la banlieue ouest de Londres.
Quelle assurance pour les vélos et autres véhicules électriques urbains ?

Une usine unique

L’usine ouverte en 2016 pour faire face à la demande croissante, regroupe l’outil de fabrication proprement dit (130 personnes) et l’ensemble des services (marketing, design, commercial…). Au rez-de-chaussée, nous sommes tout d’abord reçus dans une pièce qui rassemble les différentes générations de vélos pliants de la marque. Intéressant, car l’air de famille perdure sur les 45 ans de cette histoire. La première chose que Brompton met en avant est le fait que le vélo n’est pas simplement assemblé à Londres, mais réellement fabriqué sur place.

Voici l'évolution de la gamme avec à gauche le tout premier modèle.
Voici l'évolution de la gamme avec à gauche le tout premier modèle.

En effet, les cadres sont soudés sur place à partir de tubes d’acier espagnols et polonais. Même chose pour les potences. Le savoir-faire des soudeurs employés dans l’usine est une vraie fierté. Ils sont formés sur place et sont parmi les plus gros salaires de l’entreprise. En fonction des pièces soudées, l’ouvrier doit être plus moins expérimenté.

La marque fabrique le cadre de ses vélos sur place.
La marque fabrique le cadre de ses vélos sur place.

Certains éléments réclamant à la fois une très grande précision et une solidité à toute épreuve sont fabriqués par des machines CNC. Plus récemment, Brompton a décidé de peindre directement ses vélos alors que précédemment l’entreprise passait par un sous-traitant. L’investissement est important et l’énorme machine qui applique de la peinture en poudre impressionne.

Les roues sont également montées sur place.
Les roues sont également montées sur place.

Nous poursuivons notre visite et tombons avec surprise sur un espace où les roues sont fabriquées. Oui Brompton fabrique les routes de ses vélos, chose très rare aujourd’hui. Bien entendu, la firme londonienne monte des éléments déjà existants au catalogue de ses sous-traitants, mais beaucoup moins que certains concurrents qui se contentent d’un simple assemblage, cadres et roues provenant d’Asie.

Voici une des deux chaines d'assemblage des vélos classiques.
Voici une des deux chaines d'assemblage des vélos classiques.

L’usine compte deux lignes de montage pour les modèles classiques qui peuvent produire 250 vélos par jour à pleine capacité. La ligne consacrée à l’Electric a un rythme maximal de 22 vélos par jour. Le montage est manuel avec un souci de qualité qui dépasse celui du rendement.

Les soudeurs de Brompton sont de véritables artistes capables de tout ou presque.
Les soudeurs de Brompton sont de véritables artistes capables de tout ou presque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.