Brabus E-PowerXtra : une Mercedes EQC de 422 ch

Les électriques sont aussi regardées de près par les préparateurs : le SUV Mercedes EQC troque désormais son badge pour celui de Brabus E-PowerXtra.

par Soufyane Benhammouda 15 Mar 2020 07:14

Aucune modification esthétique n'a été apportée sur la carrosserie
Aucune modification esthétique n'a été apportée sur la carrosserie

Le développement en masse des moteurs turbo à été une aubaine pour les préparateurs, qui ont pu sortir des puissances pantagruéliques des mécaniques sans (trop) d’efforts et d’investissements. Les voitures électriques, plus complexes sont un peu plus absentes des ateliers de transformation. Sauf chez le préparateur maison de Mercedes, qui sort le Brabus E-PowerXtra. Mesurons toutefois notre enthousiasme, puisque le Brabus EQC fait un léger bond en puissance, qui prête à sourire au regard des habitudes de Bottrop en la matière. La Mercedes EQC qui sert de base passe de 408 ch pour 760 Nm à 422 ch et 830 Nm après une reprogrammation du logiciel interne. De quoi améliorer le 0-100 km/h, qui tombe à 4,9 secondes, alors que la vitesse de pointe reste toujours limitée à 180 km/h. Pas de quoi tomber de sa chaise en termes de gain donc.

Pour conserver l’autonomie et le confort du SUV électrique, Brabus a pris le soin de mettre à disposition cette cartographie uniquement avec le mode Sport du Drive Select, les autres paramétrages conservant la fiche technique d’origine. La conservation des spécificités d’usine a aussi été respectée pour le châssis, avec un ensemble suspensions et freins similaire à ce que l’on retrouve dans l’EQC.

L'habitacle évolue, avec notamment l'apparition d'un pédalier Brabus et autres petites mais couteuses attentions
L'habitacle évolue, avec notamment l'apparition d'un pédalier Brabus et autres petites mais couteuses attentions

Le Brabus E-PowerXtra mise sur le style

Le Brabus E-PowerXtra se distingue avec une présentation cosmétique plus poussée, avec des jantes Brabus Monoblock Z de 20 pouces, chaussées de pneus Pirelli P Zero. Des roues Monoblock Z 10 Platinum Edition de 21 pouces sont aussi disponibles et embarquent dans ce cas des chaussettes ContiSportContact. La carrosserie oublie les traditionnels appendices aérodynamiques du préparateur et adopte seulement une livrée matte, accompagnée de stickers brillants du plus moche effet il faut bien l’avouer. L’habitacle est bien plus raffiné, avec toutes les possibilités de personnalisation habituelles, que ce soit pour la sellerie ou les inserts.

Le prix du Brabus E-PowerXtra n’a pas encore été communiqué, mais il pourrait tutoyer la barre des 100 000 euros, ou plus, selon vos goûts.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.