Bonus Malus 2021 : un super-malus prohibitif de 40 000 €

Afin de donner plus de visibilité aux constructeurs, le gouvernement vient de dévoiler les grilles du bonus/malus pour 2021 et 2022. Et cela risque de faire mal.

par Soufyane Benhammouda 14 Oct 2020 10:08

Au cours de cette année, le barème du bonus-malus a connu de nombreuses évolutions, tantôt basé sur les cycles d’homologation (lancé avec le cycle NEDC corrélé puis adapté au WLTP), puis modifié pour relancer le secteur automobile au lendemain du confinement. En vigueur sous sa forme actuelle jusqu’à la fin de l’année, la grille du bonus-malus écologique à l’immatriculation va fortement évoluer.

Actuellement déclenchée à partir de 138 g/km de CO2, la grille du malus écologique tombera encore d’un cran pour s’activer à partir de 131 g/km en 2021 et même 123 g/km l’année suivante. D’une année à l’autre, la note sera plus salée à l’immatriculation et de nombreux véhicules jusqu’alors situés en zone neutre se retrouveront impactés par des malus d’une centaine d’euros.

Les choses se compliquent tout en bas de la grille, avec les voitures émettant le plus de rejets polluants. Le seuil maximal est désormais fixé à 225 g/km, mais alors que le montant à débourser atteignait déjà 20 000 €, le malus sera fixé à 40 000 € en 2021 et 50 000 € en 2022. Ainsi, il sera possible de s’offrir en France une Ford Mustang pour le prix de deux : gentiment affiché à partir de 48 800 € en version V8 5,0 litres, le coupé américain voit son prix multiplié par deux !

Une lente chute du bonus écologique en 2021

Au regard du développement du parc de voitures électriques, l’enveloppe dédiée au bonus se ressert. Ainsi, le bonus écologique pour une électrique vendue à moins de 45 000 € tombera de 7 000 € à 6 000 € l’année prochaine, soit le montant auquel il était avant la crise sanitaire. Puis il chutera de 1 000 € encore en 2022 pour disparaître progressivement au fil des années.

Le bonus écologique dédié au véhicules hybrides rechargeables, introduit dans le cadre du plan de relance du gouvernement, sera conservé mais raboté de 1 000 € lui aussi. Ainsi, pour chaque véhicule de ce type, d’une valeur inférieure ou égale à 50 000 € et dont l’autonomie est supérieure à 50 km sur un cycle urbain WLTP seront concernés par cette mesure. Reste une bonne nouvelle : une aide de 1 000 € pour les véhicules propres d’occasion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.