L’Autopilot Tesla va devenir moins performant en raison de la législation

Déjà bien abouti, le système Autopilot de Tesla va devoir se plier face à la règlementation européenne, et par conséquent devenir moins performant.

par Soufyane Benhammouda 06 Jan 2020 08:00

Aux côtés du développement de la technologie électrique pour ses véhicules, la marque de Palo Alto en Californie se fait remarquer avec son système de conduite autonome. Pour l’heure, l’Autopilot de Tesla est l’un des systèmes les plus aboutis, mais il pourrait bien régresser en raison de la règlementation sur le Vieux Continent.

De coutume, Tesla apporte des mises à jour régulières pour faire évoluer, dans le bon sens, ses voitures. Les programmes envoyés directement dans l’ordinateur de la voiture, permettent d’améliorer la gestion de l’énergie électrique, ou de proposer de nouvelles fonctionnalités plus ou moins utiles. Mais une mise à jour concernant l’Autopilot va emprunter le chemin inverse.

D’après nos confrères d’Electrek, plusieurs possesseurs de Tesla Model S et Model X doté de l’Autopilot V1 ont été informés par le constructeur : « Notre dernière mise à jour logicielle introduit des changements dans certaines fonctions du Pilote Automatique qui affecteront leur fonctionnement sur votre Modèle S. Ces changements sont nécessaires pour répondre aux réglementations européennes et n’affectent que certains véhicules des Modèles S et X, car la plupart des Tesla équipées du Pilote Automatique disposent déjà de cette fonctionnalité. Nous sommes déçus par les exigences que les régulateurs ont choisi d’imposer, limitant l’efficacité de ces fonctionnalités, et nous continuerons à préconiser le rétablissement de la fonctionnalité complète ».

Cette manoeuvre sera désormais possible seulement pendant 15 secondes, avant d'entendre un signal d'alerte
Cette manoeuvre sera désormais possible seulement pendant 15 secondes, avant d'entendre un signal d'alerte

L’Autopilot de Tesla devient plus prudent avec la mise à jour

Cette mise à jour prévoit ainsi de brider l’ensemble du système Autopilot. La fonction de changement de voie automatique est principalement affectée et sera désormais plus lente dans son exécution. Le fonction Autosteer, qui est capable de négocier les courbes en autonomie, sera limitée et obligera les conducteurs à reprendre manuellement les commandes. Un signal sera aussi lancé dans l’habitacle pour rappeler de mettre les mains sur le volant au bout de 15 secondes, alors que le dispositif Summon exigera la présence du conducteur dans un rayon de moins de six mètres. Sur la route, les capteurs sont désormais plus sensibles, ce qui se traduit par un système un peu plus préventif.

Les modèles récents, comme la Tesla Model 3, disposent déjà de cette configuration bridée. De quoi interroger certains clients, qui hésitent à cocher l’option affichée à 6 300 euros.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.