Le gouvernement annonce son plan vélo 2018 – 2024

Dans le cadre du plan vélo, inclus dans la loi sur la mobilité, le Premier Ministre Edouard Philippe remet en selle la plus ancienne des technologies : le muscle.

par Olivier Grouse 18 Sep 2018 07:30

Edouard Philippe, Premier Ministre, François de Rugy, nouveau Ministre de la Transition écologique et solidaire après la démission de Nicolas Hulot, et Elisabeth Borne, Ministre en charge des Transports, ont présenté le nouveau plan vélo à Angers vendredi dernier.

Suite aux résultats mitigés et critiqués des deux plans précédents de 2012 et 2014, le message du gouvernement se veut simple et clair. Le vélo est désormais officiellement un mode de transport à part entière et indépendant. Le point clé de ce plan vélo est qu’il est financé à hauteur de 350 millions pour 7 années. Il s’agit d’un financement global placé sous la responsabilité de l’ADEME, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

Sa mission est de donner au vélo une place sur les axes routiers et dans la vie de chacun, en vue de tripler la part de cette mobilité active dans les déplacements des Français, en passant de 3% à 9% en 2024, année des Jeux olympiques dans l’hexagone. Le chemin vers la noblesse du vélo est long et périlleux. L’annonce du nouveau plan vélo est une étape importante pour le développement du cyclisme. En préparation à ce plan vélo, la fédération avait préparé et réalisé une enquête pour cibler les challenges. Le gouvernement a tenu compte de ces résultats, et propose des solutions basées sur quatre critères: la sécurité, la lutte contre le vol, la mise en place d’un cadre incitatif, et la promotion d’une véritable culture du vélo.

Plus de cyclistes signifie plus de risques d’accidents et de blessures. L’amélioration des conditions se fera au niveau du développement des pistes cyclables et de l’adaptation du code de la route aux autres formes de mobilité dont le vélo. Pour lutter contre l’insécurité du vol, le plan suggère la création de parkings de proximité et sécurisés, ainsi qu’un système d’identification de chaque bicyclette.

Pour inciter le public à utiliser le vélo, l’état veut créer une prime de 200 euros et un forfait mobile domicile – travail durable plafonné à 400 euros annuels avec franchise fiscale. Dans les entreprises où l’indemnité kilométrique vélo a été mise en place, le nombre de cyclistes a doublé en un an.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.