Android Auto : faut-il craquer pour le système dédié à l’automobile de Google ?

Pour que leurs smartphones ne soient pas définitivement persona non grata au volant, Apple et Google se sont retroussé les manches pour facilement l’intégration des iPhone et des mobiles Android ou de leur écosystème dans le monde de l’automobile. Après trois mois à utiliser Android Auto, nous avons voulu dresser un bilan.

par Emmanuel Armanet 18 Sep 2018 10:00

Les smartphones occupent aujourd’hui une place incontournable dans nos vies. Qui n’a jamais fait demi-tour pour aller chercher son mobile oublié sur la table de la cuisine ? Cette dépendance à qui nos brillants académiciens ont donné le nom de nomophobie est une réalité, y compris en voiture. Difficile de résister à l’envie de répondre à un appel, mais aussi à un SMS quand ce n’est pas carrément à un e-mail. De plus, avec la connexion internet mobile à haut débit avec une couverture 4G qui ne cesse de s’améliorer, votre smartphone est une porte vers de nombreux services : navigation, musique, vidéo, recherches diverses… Tout ceci est bien beau, mais il ne faut bien évidemment ne pas perdre de vue la sécurité, car toutes ces fonctionnalités sont autant de portes ouvertes sur le plus grand danger de l’automobiliste : l’inattention. Et il ne faut pas toujours compter sur le gendarme pour vous rappeler ce principe de base.

Il est impensable aujourd'hui de se passer de son smartphone. Et en voiture ?
Il est impensable aujourd'hui de se passer de son smartphone. Et en voiture ?

Google a donc présenté Android Auto dans une conférence de développeurs en 2014, et c’est en mai 2015 que la première voiture compatible est arrivée sur le marché, une Hyundai en l’occurrence. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Android Auto prend la forme d’une application compatible avec tout smartphone embarquant la version 5.0 d’Android ou ultérieure. La voiture doit embarquer un système multimédia ou un ordinateur de bord compatible, ainsi qu’une prise USB permettant de connecter via un câble votre mobile. Google communique le chiffre de 400 modèles embarquant sa solution aujourd’hui. L’idée est de déporter sur l’écran du véhicule un certain nombre d’informations et de fonctionnalités. Pour cela, les applications du smartphone doivent être elles aussi compatibles et leur nombre croît au rythme d’un plaisancier remontant le Canal du Midi, c’est-à-dire très lentement.

Mazda : Apple CarPlay et Android Auto bientôt disponibles
L'arrivée de Waze chez Android Auto était particulièrement attendue
L'arrivée de Waze chez Android Auto était particulièrement attendue

L’année 2017 a été très importante, car l’application que tout le monde attendait a enfin bénéficié d’une mise à jour lui permettant d’être utilisée sur l’écran d’une voiture : nous voulons bien entendu parler de Waze qui demeure plus performant que Google Maps aux yeux de beaucoup d’utilisateurs.

Nous allons nous poser la question traditionnelle : faut-il craquer pour Android Auto ? La question n’est pas si simple, car elle dépend de nombreux éléments qui peuvent suffire à eux seuls à faire pencher la balance d’un côté plutôt que l’autre. En effet, si vous possédez déjà un smartphone potentiellement compatible, est-ce que votre futur véhicule pourra l’être sans bourse délier ? Ou est-il, comme c’est souvent le cas, compatible de série avec les autres systèmes concurrents ? Android Auto, mais aussi Apple CarPlay et même Mirror Link.

Ces questions posées en préambule vont dicter le verdict final. En effet, si la compatibilité Android Auto est comprise dans le prix d’achat de votre véhicule (c’est souvent le cas sur les modèles récents disposant d’un système de navigation et d’un écran multimédia), et que vous possédez un smartphone Android compatible, foncez. Car Android Auto pourra vous rendre de nombreux services. Certes on sent encore parfois que le système n’est pas encore tout à fait abouti ou tout du moins qu’il ne nous a pas encore délivré tout son potentiel, mais il est d’ores et déjà parfaitement utilisable. En revanche, s’il s’agit de repasser à la caisse, la question peut se poser face à l’usage classique d’un support auto associé à un smartphone ou du système intégré d’origine. Sachez aussi que plusieurs fabricants d’autoradios proposent des modèles intégrant la compatibilité Android Auto. Voyez du côté de Sony, Pioneer, JVC ou encore Alpine pr exemple. Une solution pour faire évoluer votre véhicule, mais dont l’installation n’est pas à la portée d’un bricoleur du dimanche.

Apple CarPlay plébiscité face à Android Auto
Attention, utiliser Android Auto réclame quelques manipulations
Attention, utiliser Android Auto réclame quelques manipulations

Non, car la procédure d’installation n’est pas aussi simple qu’avec Apple Car

Votre système multimédia embarqué prend en charge Android Auto et votre smartphone Android flambant neuf est tout aussi compatible. Tout semble donc bien parti et pourtant lorsque vous brancherez pour la première fois celui-ci à une prise USB de votre auto, cela ne fonctionnera pas immédiatement. En effet, un message vous invite à installer sur votre smartphone l’application Android Auto. Rien de catastrophique en soi, mais cette application est relativement lourde, une bonne connexion internet (de préférence le Wi-Fi) est donc recommandée.

De plus, l’installation ne peut être effectuée en roulant, sécurité oblige, mais même un passager ne peut effectuer la manipulation pour vous. Quelques opérations sont ensuite nécessaires pour achever le paramétrage en choisissant par exemple l’application par défaut à utiliser pour la navigation. Rien de franchement rédhibitoire, mais Apple est de nouveau un modèle de simplicité, car CarPlay n’est pas une application en tant que telle. Rien à installer, cela s’apparente plutôt à un service fonctionnant en arrière-plan. Il suffit de brancher pour que cela fonctionne. Notez au passage qu’il est possible de se servir de son iPhone (on pense au passager bien entendu et non au conducteur) lorsqu’il est relié à la voiture alors qu’un smartphone Android est totalement bloqué en cas de couplage à un système Android Auto. Pour l’instant, le smartphone doit être connecté via un câble USB au véhicule, mais le sans-fil arrive notamment chez BMW ou chez JVC pour l’aftermarket.

Le smartphone relié à votre auto n'est plus utilisable lorsque Android Auto est lancé
Le smartphone relié à votre auto n'est plus utilisable lorsque Android Auto est lancé

Oui et non, pour une interface peu intuitive, mais sauvée par des commandes vocales abouties

Sur l’écran de votre voiture, apparaît alors l’écran d’accueil d’Android Auto. Esthétiquement… comment dire… on a vu plus séduisant pour manier l’euphémisme. Elle rappelle l’ancienne interface de Google Now, et manifestement il y a un décalage en termes de développement entre les différents systèmes Android. Même si nous utilisons le plus souvent un iPhone, nous avons régulièrement un smartphone Android dans la main et malgré tout nous avons franchement tâtonné au début.

Globalement, l’architecture de l’interface de Google Auto s’accommode mieux des écrans tactiles largement majoritaires dans les voitures actuelles que dans certains véhicules qui disposent d’un écran non tactile agrémenté d’un dispositif de pointage déporté (joystick, pavé tactile…). Une nouvelle fois, CarPlay d’Apple est nettement moins désarçonnant, car l’interface affichée à l’écran est très proche de celle d’iOS, le système d’exploitation de l’iPhone.

Mais l’objectif de tels systèmes n’est pas de jouer sans cesse avec l’écran, qu’il soit tactile ou non. Pour cela, le recours aux commandes vocales semble le plus adapté, toujours dans l’optique de limiter au maximum les sources potentielles de distraction pour le conducteur.

Pour piloter Android Auto, nous retrouvons les commandes issues de Google Assistant, une technologie peaufinée depuis de nombreuses années maintenant par le géant américain et qui s’appuie notamment sur une intelligence artificielle. Celle-ci va apprendre à connaître vos habitudes pour que les réponses du système soient les plus pertinentes possible. En s’appuyant sur les micros intégrés à la voiture, des micros optimisés pour l’environnement bruyant d’un véhicule en déplacement, ces commandes vocales fonctionnent plutôt bien. Du moins sur les deux véhicules utilisés lors de notre test, à savoir une Audi A4 de 2017 et une Kia Rio de la même année. En effet, la qualité des micros intégrés au véhicule peut jouer sur l’efficacité de la reconnaissance vocale.

Bien entendu, le service de streaming musical de Google est compatible avec Android Auto tout comme Deezer et Spotify
Bien entendu, le service de streaming musical de Google est compatible avec Android Auto tout comme Deezer et Spotify

Oui, car les applications sont nombreuses

Ou en tout cas plus nombreuses que chez le concurrent à la pomme croquée. Pour la navigation, vous aurez ainsi le choix entre Google Maps et Waze, deux solutions de référence qui arriveront enfin sur CarPlay. Même chose pour la musique puisqu’au-delà de Play Music, le service de Google, tous les autres ténors du streaming de musique sont compatibles : Spotify, Deezer et même le nouvel arrivant en France Amazon Music. Pour la communication même topo avec Facebook Messenger, WhatsApp ou encore Skype en sus bien entendu des SMS. Même la controversée application Telegram est compatible.

Oui et non, car tout cela consomme de la data

Utiliser le système de navigation intégré à votre voiture n’utilise pas de data ou si c’est le cas, le coût de cette consommation est inclus dans le prix de votre carrosse. Mais si vous optez pour Waze via Android Auto ce n’est pas la même chose puisque c’est la connexion data de votre smartphone qui est utilisé. La suite des événements va donc dépendre de votre abonnement.

En Europe ou plutôt dans les pays de l’Union européenne, les surcoûts liés aux frais d’itinérances autrement dit au roaming ont disparu depuis le 15 juin 2017. Cela concerne les appels vocaux, les SMS, les MMS et aussi la data. Attention cependant, si vous êtes l’heureux possesseur d’un gros forfait, l’intégralité de votre enveloppe Internet, 100 Go par exemple, ne sera pas forcément utilisable depuis l’étranger. En effet, le volume de données inclus dans votre forfait n’est pas forcément le même en France et au-delà de nos frontières nationales. Prenons l’exemple du forfait Orange Jet 100 Go très haut de gamme, une sorte de Rolls facturé 75 euros par mois environ. En réalité, le volume de données inclus depuis la zone euro (mais aussi depuis la Suisse et l’Amérique du Nord) est de 60 Go. Autre star, le fameux forfait Free à 19,99 euros mensuels. Si l’enveloppe data est illimitée en France pour les abonnées Freebox, elle se réduit fortement à l’étranger en passant à 25 Go.

Il y a de quoi largement voir venir cependant, car l’application Waze optimise plutôt bien sa consommation de données. Une consommation qui varie fortement en fonction du type du parcours, de la complexité du guidage… Pour un trajet de 100 km, Waze consomme rarement plus de 10 Mo. D’autres services utilisables depuis Android Auto peuvent aussi mettre à contribution la connexion Internet de votre smartphone. On pense bien évidemment aux services de streaming musical type Deezer ou Spotify. Il est pour le coup assez facile de contourner la question en enregistrant votre musique lorsque vous êtes connectés en Wi-Fi.

Oui, car les systèmes de navigation intégrés sont souvent moins efficaces

Lorsqu’il s’agit de circuler dans des zones urbaines denses, Waze est d’une efficacité redoutable. En particulier grâce aux algorithmes très sophistiqués que cette application (appartenant à Google) met en œuvre, et aux informations transmises par les autres utilisateurs. Waze conserve à nos yeux très souvent l’avantage sur les solutions intégrées par les constructeurs automobiles. Et ce malgré une interface peu esthétique et des détours qui ne sont pas forcément justifiés. Dans tous les cas la prise en compte de l’info-trafic est immédiate et précise. Le tout sans abonnement ni frais supplémentaire.

Non, car cela demeure une source potentielle de déconcentration

Même si tout est fait pour que l’utilisation d’Android Auto nécessite le moins de manipulations possible, il est évident que comme tout dispositif, ce système peut entraîner une déconcentration. Même si elle n’est que de quelques millisecondes, elle existe potentiellement.

Le « ding » d’un SMS arrivant par exemple peut, par réflexe, faire quitter la route des yeux. Méfions-nous cependant de tout faux procès, car la déconcentration induite par Android Auto demeure moins importante que celle provoquée par un smartphone manipulé directement. Les commandes vocales ne sont certes pas encore parfaites, mais elles se montrent déjà précises et efficaces.

On aime

  • Une compatibilité logicielle développée
  • Les commandes vocales très pratiques
  • Waze est très efficace

On n’aime pas

  • L’installation laborieuse
  • Le smartphone est inutilisable durant la connexion à la voiture
  • Interface pas très esthétique et peu personnalisable
  • Toujours une possibilité d’être distrait
  • Quelques plantages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • vincent, 05/11/2018 - 13:59

    Vous indiquez que le téléphone sous Android n'est plus utilisable lorsqu'il est branché au véhicule et que android auto est lancé.
    Cela est faux, tout du moins sur One plus 5 et sur Samsung galaxy S7. Sur ces 2 téléphones testés, le téléphone reste opérationnel bien que branché et avec Android auto fonctionnant dessus.

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • Emmanuel Armanet, 05/11/2018 - 14:08

      Bonjour, merci de votre lecture avant tout. Effectivement, sur le véhicule utilisé lors de notre test, un modèle coréen de fin 2017, c'est bien le cas. D'autres journalistes ont constaté la même chose. Est-ce une question de version de l'application dans le smartphone ou dans l'électronique embarquée par la voiture ? J'essaie d'obtenir une réponse rapidement.

  • lainiwaku, 20/10/2018 - 08:23

    Franchement, pourquoi vouloir Android auto ou mirror link quand on peut avoir un poste autoradio avec android directement dans le poste !?
    Je possède un autoradio pumpkin android 8 je peut installer toute les applis que je veux coyote etc je peut faire du splitscreen.... c'est tellement plus simple que mirror link ou android auto ou carplay...
    au moin la j'ai aps a me souscier si mon telephone sera compatible ...

    Répondre Signaler ce contenu comme inapproprié

    • Cyrare, 05/11/2018 - 15:16

      @lainiwaku - "Franchemen..."
      ---
      Oui mais vous perdez les quelques trucs cools que votre voiture vous offre tels que, dans mon cas, la caméra de recul 360° qui est intimement lié à l'auto radio embarqué.

    • Emmanuel Armanet, 20/10/2018 - 20:41

      Merci pour votre commentaire. Certaines personnes préfèrent une solution d'origine et non un système de seconde monte. Le changement d'autoradio est parfois compliqué avec toute l'électronique les voitures modernes embarquent aujourd'hui. De plus, trop de richesse notamment en matière d'applications sont autant de sources potentielles de distraction.